(Laval) La Ville de Laval annonce qu’elle s’engage à réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) de 33 % d’ici 2035.

La Presse Canadienne

La cible a été fixée en tenant compte de l’augmentation démographique importante prévue à Laval au cours des prochaines années.

La troisième ville la plus populeuse du Québec avec près de 450 000 habitants entend évaluer le potentiel de réduction par secteur prioritaire en impliquant une analyse de faisabilité. Cela lui permettra d’ajuster les potentiels de réduction des émissions selon les résultats.

En ce qui concerne le secteur du transport routier, qui représente 70 % des émissions de GES sur le territoire lavallois, la Ville signale qu’elle est soutenue par la Chaire de recherche en mobilité durable de Polytechnique Montréal afin d’identifier les potentiels de réduction de GES en fonction de l’horizon 2035.

Déjà, la Ville effectue depuis 2016 un suivi annuel de ses émissions de gaz à effet de serre, ce qui lui a permis d’obtenir une analyse des potentiels de réduction plus précise.

Entre-temps, les autorités municipales ont préparé des programmes permettant de réduire les émissions de GES, tels le versement de subventions pour le vélo à assistance électrique et pour le remplacement d’un système de chauffage au mazout par un système à l’électricité. Une collecte porte-à-porte des appareils réfrigérants a aussi été organisée.

La Ville de Laval prévoit d’autre part l’électrification de tous les autobus d’ici 2040, une certification LEED pour tous les nouveaux bâtiments municipaux et la construction d’une usine de biométhanisation pour transformer les matières organiques en biogaz.