La mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery, devra à nouveau réintégrer le directeur général de son arrondissement, qu’elle avait suspendu pour une quatrième fois, en lui reprochant d’avoir « menti » à la population dans le dossier de la piste cyclable de la rue de Terrebonne.

Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

« Cette ville est brisée, cet arrondissement est brisé. Moi, je suis ici pour faire les choses autrement », s’est désolée Mme Montgomery, lors d’une séance extraordinaire du conseil local pendant laquelle les cinq autres conseillers élus ont voté en bloc contre sa proposition.

Mardi, en procédant à sa suspension sans salaire, la mairesse avait soutenu que le directeur de l’arrondissement, Stéphane Plante, n’avait « pas respecté la volonté du conseil » de prolonger la piste cyclable de la rue de Terrebonne. L’élue l’accuse d’avoir « menti » à propos du refus d’une approbation du Centre de coordination des mesures d’urgence (CCMU) qui n’aurait jamais été demandée.

En fin de compte, les autres élus lui ont barré la route, puisque « trop peu » de détails leur avaient été fournis. « Ce sont des accusations très graves. Et on aurait souhaité prendre une décision éclairée », a dit la conseillère Magda Popeanu, en réclamant d’avoir accès à des preuves tangibles. Elle déplore que « l’acharnement » de Mme Montgomery « affecte notre capacité de servir les citoyens ».

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

La piste cyclable de la rue de Terrebonne

À la sortie de la séance du conseil, le conseiller indépendant Marvin Rotrand, lui, avait des messages à faire passer. « C’est la quatrième fois que notre DG est suspendu. Et il y a trois autres personnes dans la haute direction qui sont en congé de maladie parce qu’elles sont incapables de travailler avec Sue Montgomery. C’est un environnement toxique », a-t-il dénoncé.

Depuis l’arrivée de cette mairesse, c’est une chicane après l’autre. Pourtant, les fonctionnaires de l’arrondissement sont très professionnels.

Marvin Rotrand, conseiller indépendant du district de Snowdon

Une piste cyclable qui fait jaser

Si la totalité des conseillers avait voté en juin pour la création de la nouvelle piste cyclable dans la rue de Terrebonne, dans le contexte de la COVID-19, plusieurs d’entre eux réclament maintenant sa fermeture ou, du moins, sa révision.

C’est le cas du conseiller du district de Darlington, Lionel Perez. « Dès le départ, l’installation de la piste était conditionnelle à ce qu’il n’y ait pas d’enjeux. Les services nous avaient assuré qu’il y aurait possibilité d’apporter des changements rapidement », dit-il, déplorant le fait que « l’opposition est forte », alors que l’impact de la piste, lui, « n’est pas mesuré ».

Une pétition ayant récolté plus de 1500 signatures demande en effet la fermeture de la bande cyclable, que plusieurs résidants jugent sous-utilisée. Bon nombre de plaintes ont aussi été formulées à l’arrondissement. Sue Montgomery, elle, promet que la piste sera démantelée à l’automne, puisqu’il s’agissait d’un « projet pilote ». « Nous allons créer un sondage et écouterons les commentaires, les suggestions du public. Il y aura même un comité, incluant des résidants et des experts, qui se penchera là-dessus », avance l’élue.

Guerre de longue date

Stéphane Plante et Sue Montgomery s’affrontent sur la scène municipale depuis plusieurs mois déjà. En septembre, la mairesse de l’arrondissement avait demandé l’aide du Contrôleur général de la Ville de Montréal, affirmant que le directeur d’arrondissement brimait son travail dans le dossier du Théâtre Empress.

Des semaines plus tard, les résultats de l’enquête avaient plutôt conclu que la chef de cabinet de Mme Montgomery, Annalisa Harris, avait commis des gestes de harcèlement à l’endroit de M. Plante et d’un autre fonctionnaire.

Malgré les recommandations du Contrôleur, Mme Harris n’a pas été congédiée. Une situation qui a amené la mairesse de Montréal, Valérie Plante, à exclure Sue Montgomery du caucus de Projet Montréal.