Quel service la Ville de Montréal devrait-elle revoir à la baisse, en 2021 : la sécurité publique (police), la gestion des matières résiduelles ou le déneigement ? La Ville veut connaître l’opinion de ses citoyens avant d’élaborer son prochain budget. Un exercice de consultation publique qu’elle met en branle pour la deuxième année, mais qui revêt une importance particulière cette année en raison des effets inattendus de la pandémie sur ses finances.

Audrey Ruel-Manseau Audrey Ruel-Manseau
La Presse

Durant trois semaines, la population montréalaise et les différents organismes sont invités à donner leur opinion sur ce que la Ville devrait prioriser dans son prochain budget.

« La COVID-19 a quand même eu une incidence très importante, par exemple, sur les commerçants. On doit avoir une idée à savoir si les Montréalais souhaitent qu’on investisse encore plus pour aider les commerçants, même si ça va mieux après la crise, pour les aider à se relever. C’est ce type de décisions là qui vont être basées sur la consultation », explique Youssef Amane, directeur des communications au cabinet de la mairesse et du comité exécutif de la Ville de Montréal.

Montréal estimait avoir un manque à gagner de 201 millions pour le budget 2021, comparativement à 238 millions pour celui de 2020. Un défi moyen, estimé sur les trois prochaines années, qui ne tient toutefois pas compte des effets indéniables de la pandémie sur les finances de la Ville.

« C’est sûr qu’il va y avoir un impact, et qu’on va devoir s’ajuster. C’est pour ça qu’on fait cet exercice-là. C’est pour présenter que des choix devront être faits, comme c’est le cas chaque année. […] Où est-ce qu’on augmente les revenus ou qu’on réduit les dépenses ? », poursuit M. Amane, qui précise que les chiffres sont difficiles à évaluer dans le contexte actuel hors du commun.

« Le manque à gagner des revenus pourrait être pris en charge par les différents paliers de gouvernement avec les programmes d’aide promis. […] Cet exercice-là va prendre énormément de temps, parce que ces chiffres-là sont en constante évolution », ajoute-t-il.

Quelles sont les priorités des citoyens ?

Par la consultation, la Ville souhaite plus précisément connaître l’opinion des citoyens sur deux enjeux : le « retour à une économie effervescente dans le contexte de la COVID-19 » et l’« amélioration des services aux citoyen.ne.s par des investissements en projets d’immobilisations ».

***

Exemple de choix offerts aux citoyens, sur l’option que la Ville devrait choisir pour atteindre l’équilibre budgétaire :

« Est-ce que la Ville devrait ?

A. Revoir à la baisse, ou même limiter, certains services afin d’éviter des augmentations de taxes foncières ;

B. Atténuer le choc financier en étalant le défi budgétaire dans le temps, sous réserve d’une modification de la loi, et donc déposer un budget non équilibré (tel que recommandé par le comité des experts) ;

C. Augmenter les taxes foncières, et ce, même au-delà de l’inflation, afin de maintenir le niveau de services aux citoyen.ne.s pour équilibrer son budget. »

***

L’administration Plante souhaite notamment prioriser, dans son budget 2021, « une vision inclusive des investissements en aménagement et en mobilité durable », « appuyer l’innovation et la créativité montréalaise », prioriser l’accès au logement, l’amélioration du transport en commun et la préservation d’espaces naturels.

En raison de la crise sanitaire, la consultation se fait cette année en ligne au moyen d’un sondage publié à montreal.ca jusqu’au 23 août.

> Répondez au sondage (ou déposez un mémoire)