Les Montréalais ont eu un mois de sursis en raison de la COVID-19, mais le ballet des voitures qu’il faut déplacer selon un horaire précis reprendra vendredi. Le risque de recevoir une contravention est toutefois reporté dans dix jours.

Kathleen Lévesque Kathleen Lévesque
La Presse

En effet, la Ville de Montréal a décidé de faire preuve de souplesse. « Jusqu’au 11 mai, les agents remettront des avis de courtoisie à titre de rappel de l’entrée en vigueur des restrictions de stationnement sur rue plutôt que des constats d’infraction », a indiqué la porte-parole de la Ville, Anik de Repentigny.

Ainsi, la saison des risques de contravention ne commencera que le 11 mai. Depuis deux ans, les amendes liées au stationnement ont augmenté de 25 $, s’établissant maintenant à 78 $.

La fin des avis de courtoisie correspond au déconfinement commercial prévu par le gouvernement du Québec. Les citoyens auront eu le temps de reprendre leurs habitudes de déplacer leur véhicule pour permettre l’entretien des rues, croit-on à la Ville.

Entre-temps, le nettoyage printanier des rues, ruelles et trottoirs où se sont accumulés du gravier utilisé comme abrasif au cours de l’hiver, débutera vendredi. Le balai mécanique et le camion-aspirateur feront la tournée des quartiers selon l’horaire inscrit sur les panneaux de signalisation en bordure de rue ; cela varie d’un secteur à l’autre. L’entretien des grandes artères a commencé il y a déjà deux semaines.

Par ailleurs, l’octroi des vignettes de stationnement réservé sur rue aux résidants (SRRR) demeure suspendu jusqu’à nouvel ordre. Cela signifie que la vignette mensuelle échue en mars est toujours valide. Les vignettes annuelles demeurent valides. Seuls les détenteurs d’une vignette ont le droit de garer leur voiture dans ces zones.

Deux arrondissements, ceux de Saint-Laurent et du Sud-Ouest, font toutefois bande à part. L’octroi de vignettes s’est poursuivi notamment par la poste au cours des dernières semaines.

Au début de la pandémie, la Ville de Montréal avait décidé de modifier sa réglementation en matière de stationnement en reportant d’un mois son application. Cette décision s’appuyait sur la recommandation gouvernementale à la population de demeurer à la maison.

Depuis le premier janvier dernier, le stationnement relève de l’Agence de mobilité durable qui est responsable de la gestion, du développement et de la promotion.