L’absence de neige n’empêche pas l’opération de déneigement de se poursuivre dans les rues de Montréal, notamment dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie où les charrues, les camions et les remorques d’épandage de fondants et d’abrasifs étaient à l’oeuvre mercredi matin.

Suzanne Colpron
Suzanne Colpron La Presse

Sur plusieurs artères, des pancartes orange fluo signalaient clairement aux automobilistes qu’il était interdit de stationner durant la journée ou la soirée, en prévision du chargement de la neige. C’était le cas, avenue des Érables, entre Bellechasse et Beaubien, où des employés municipaux s’étonnaient de devoir ramasser le peu de neige que le temps doux des derniers jours n’avait pas fait fondre.

À la Ville, on explique que cette opération de déneigement, entreprise vendredi dernier, au lendemain d’une tempête de neige fondante ou mêlée de pluie qui a laissé huit centimètres au sol, dans la région de Montréal, se poursuit dans 12 des 19 arrondissements.  

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Il ne s’agit pas d’un chargement complet, mais plutôt d’une opération de déneigement décrétée localement par les arrondissements. Dans plusieurs cas, l’enlèvement de la neige est complété, mais dans d’autres, comme dans Pierrefonds-Roxboro,  LaSalle, Rosemont et Hochelaga-Maisonneuve, l’opération de déneigement et de chargement se poursuit en dépit de l’absence de neige au sol.

Les arrondissements du Plateau-Mont-Royal, de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Lachine, du Sud-Ouest, de Verdun, du centre-ville et de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension n’ont pas jugé bon de lancer les charrues à l’assaut des rues.  

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Selon Audrey Gauthier, porte-parole de la Ville de Montréal, le but de l’opération est de rendre les rues sécuritaires, « faciles pour le déplacement pour tous les usagers », automobilistes, piétons et cyclistes. Le déglaçage prévient aussi l’obstruction des puisards lorsque le mercure passe sous zéro.  

« C’est la Ville qui a ordonné le soufflage et l’enlèvement partiel », explique Mario Trudeau, président et directeur général de l’Association des entrepreneurs du déneigement du Québec.  

« L’entrepreneur n’a pas le choix, il sort les machines. »

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Un préposé s'affaire à donner une contravention à un véhicule qui n'a pas été déplacé.

Rappelons que le budget total de déneigement pour l’année 2019-2020 est de 177,8 millions de dollars. La Ville de Montréal ne s’attend pas à le défoncer à moins d’un printemps très neigeux. Cinq chargements complets ont été réalisés depuis le début de la saison froide dans la métropole. Le dernier chargement, étalé sur une dizaine de jours, a été décrété à la suite de la tempête du 7 février.

« Mars nous réserve toujours des surprises », dit André Cantin, météorologue à Environnement Canada, qui prévoit des températures près ou légèrement au-dessus des normales saisonnières d’ici la fin du mois.