L’opposition à l’hôtel de ville de Montréal revient à la charge pour demander que les policiers de la métropole soient équipés de caméras portatives. Avec l’appui de groupes communautaires, le parti Ensemble Montréal présentera une motion pour demander leur implantation en 2021.

Sara Champagne Sara Champagne
La Presse

En point de presse, mardi matin, le porte-parole d’Ensemble Montréal en matière de sécurité publique, Abdelhaq Sari, a mis de l’avant le dernier rapport sur le profilage racial démontrant que les Autochtones et les Noirs ont entre quatre et cinq fois plus de chances que les Blancs de se faire interpeller par les policiers sur le territoire de Montréal. Dans le cas des personnes arabes, elles sont en moyenne deux fois plus susceptibles de se faire interpeller, a-t-il ajouté.

« Depuis un an, rien ne s’est amélioré, la situation s’est même détériorée. Il faut que la Ville de Montréal prenne la bonne décision de rétablir la confiance du public envers les policiers du SPVM. »

Le conseiller indépendant Marvin Rotrand, qui s’est joint au groupe dans ce dossier, estime que les arguments du SPVM concernant les coûts trop élevés de l’implantation ne tiennent pas la route. Il s’en prend aussi à l’égard des arguments technologiques.  

« Selon le SPVM, il en coûterait 17,4 millions pour implanter la technologie, et 24 millions par année en frais de gestion, a rappelé l’élu de Côte-des-Neiges – Notre-Dame-de-Grâce. En regardant ce qui se fait ailleurs, notamment dans des villes américaines, nous estimons que le coût a mal été évalué, en se basant sur la technologie la plus dispendieuse. »

Les élus regroupés s’entendent pour dire qu’il est impératif de rétablir le lien de confiance de la population envers les policiers montréalais. Les caméras protègent à la fois les citoyens et les policiers, font-ils valoir.  

Aux États-Unis, les villes de New York, Los Angeles, Fort Worth et Oakland, ont déjà mis de l’avant l’implantation des caméras portatives.

Selon la motion qui sera présentée par les élus, le 24 février prochain, au conseil municipal, la Ville de Montréal devrait implanter les caméras tout en adoptant une réglementation stricte son utilisation en s’assurant le respect à la vie privée.  

Le Centre de recherche-action sur les relations raciales (CRARR), et le membre fondateur de l’Association Musulmane de Montréal-Nord, Abdelaziz Rzik, ont appuyé publiquement l’initiative des élus mardi matin.  

« Il faut du courage politique pour implanter les caméras portatives, a ajouté l’élu, Marvin Rotrand. Je ne blâme pas les policiers pour leurs réticences dans ce dossier, je blâme Valérie Plante pour son manque de leadership. »

Peu de temps après le point de presse, la responsable de la sécurité publique au comité exécutif de la Ville de Montréal, Rosannie Filato, a assuré par écrit que l’équipe de Valérie Plante partage la préoccupation des citoyens.

« En collaboration avec le SPVM et tous les services concernés, la Ville a fait une priorité de cet enjeu avec le déploiement d’actions telle que l’élaboration de la toute première politique au Québec visant à encadrer les interpellations policières. Les conclusions du rapport du projet-pilote sur les caméras portatives vont bien au-delà des considérations budgétaires puisqu’elles avaient conclu à l’époque à des lacunes importantes quant à la subjectivité de l’utilisation de cette technologie aux implications juridiques et le stockage des données. Nous avons toujours exprimé notre ouverture à reconsidérer les caméras portatives selon l’évolution de la technologie. D’ici là, nous continuerons de suivre de près l’implantation rapide de la première politique encadrant les interpellations policières, tout en renforçant les efforts de prévention du profilage. »