Le SPVM constate une « diminution drastique » de la consommation de ce puissant opioïde sur son territoire.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

« À la suite des enquêtes que nous avons effectuées depuis deux ans, nous avons constaté une diminution drastique de la consommation de fentanyl sur notre territoire en 2019 », affirme le commandant de la Division du crime organisé au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Michel Bourque.

Le fentanyl est un opioïde 40 fois plus puissant que l’héroïne, et le carfentanil, 100 fois plus puissant que le fentanyl. Les deux causent des ravages aux États-Unis et dans l’Ouest canadien, où les victimes de surdose se comptent par centaines. 

En 2017, le SPVM a enregistré à Montréal 44 surdoses de fentanyl et de carfentanil, dont 7 décès. Ces décès, entre autres la découverte des corps de deux frères dans une voiture sous le pont Jacques-Cartier durant l’été, ont fait craindre le pire. 

Mais en 2018, le SPVM a noté une baisse significative du nombre de surdoses au fentanyl et au carfentanil : 22 au total. Mais le nombre de morts est demeuré stable à sept.

En 2019, la tendance à la baisse s’est poursuivie, et même accentuée.

Au 16 décembre, deux personnes étaient mortes d’une surdose de fentanyl ou de carfentanil depuis le début de l’année à Montréal, et le SPVM dénombrait seulement cinq surdoses – mortelles et non mortelles confondues. Toutefois, certaines analyses par Santé Canada n’étaient pas encore terminées.

Pas de saisie

Le fentanyl et le carfentanil sont des drogues qui se transigent en très petite quantité, car à peine deux milligrammes sont suffisants pour causer la mort. Ainsi, depuis le début de l’année, le SPVM n’a effectué aucune saisie de fentanyl — confirmée par Santé Canada — comparativement à 0,18 kilogramme l’an dernier.

Nous n’avons pas trouvé de fentanyl ou de carfentanil durant nos enquêtes effectuées cette année.

Le commandant Michel Bourque

À la suite de la découverte des corps des deux frères sous le pont Jacques-Cartier durant l’été 2017, le SPVM a fait de la lutte contre le fentanyl une priorité. Plusieurs enquêtes courtes ou plus longues ont été effectuées par les enquêteurs des quatre régions du SPVM. De son côté, la Division du crime organisé a mené un projet important, baptisé Astérios, contre un réseau de trafiquants d’héroïne prétendument dirigé par les Minotaures, un défunt club-école des Hells Angels. Cela a fait réfléchir les trafiquants qui auraient pu être tentés par le fentanyl, croit M. Bourque.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

À la suite de la découverte des corps des deux frères sous le pont Jacques-Cartier durant l’été 2017, le SPVM a fait de la lutte contre le fentanyl une priorité.

« Une autre raison qui peut expliquer cette tendance à la baisse, c’est que nos partenaires, tels Santé Canada et Urgences-santé, nous donnent un coup de main. Chaque fois que nos patrouilleurs interviennent en situation de surdose, ils appellent les paramédics pour l’administration du naloxone, ce qui permet de sauver des vies », conclut le commandant Bourque.

En août dernier, un expert de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) en drogue de synthèse, le sergent Jacques Théberge, a confié à La Presse que le Québec pourrait éviter une crise du fentanyl semblable à celle des États-Unis et de l’Ouest canadien.

Il a expliqué la résistance du Québec face au fentanyl par plusieurs facteurs : le marché plus petit, la diligence des autorités, qui ont vu venir le coup et se sont mobilisées, l’utilisation de la naloxone — un médicament qui inverse les effets d’une surdose d’opiacé —, les efforts de la police et les habitudes des consommateurs d’ici, différentes d’ailleurs au pays. 

Le nombre de surdoses causées par le fentanyl ou le carfentanil pourrait toutefois différer de celui d’Urgences-santé ou des organismes qui viennent en aide aux toxicomanes.

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse

Surdoses aux opioïdes à Montréal

2017

215 événements de surdose
226 victimes
53 décès
7 décès causés par le fentanyl ou le carfentanil

2018 

147 événements de surdose
157 victimes
57 décès
7 décès causés par le fentanyl ou le carfentanil

2019 (au 16 décembre)

148 événements de surdose
153 victimes
28 décès
2 décès causés par le fentanyl et le carfentanil

— Chiffres fournis par le SPVM