(Montréal) Il est minuit moins une pour les propriétaires de chiens et de chats à Montréal et Laval. Le micropuçage et la stérilisation de leur animal seront obligatoires dès le 1er janvier, sauf à quelques exceptions.

Michel Saba
La Presse canadienne

L’implantation d’une micropuce permet d’identifier un animal perdu et de le signaler rapidement à son propriétaire. De plus, ce dispositif ne se perd pas et accompagne l’animal toute sa vie, contrairement aux médailles.

Il s’agit d’une capsule — de la taille d’un grain de riz — insérée sous la peau de l’animal qui contient une puce informatique comportant un numéro de série associé dans un système informatique aux coordonnées du propriétaire.

« Les vétérinaires ont accès aux données du dossier instantanément, évitant ainsi de surcharger les refuges et de procéder à des euthanasies évitables », note la Ville de Montréal sur son site web.

La micropuce permet de mettre fin beaucoup plus rapidement au grand stress que vivent les gens qui ont perdu leur compagnon, a souligné Anita Kapuscinska, une porte-parole de la SPCA de Montréal en entrevue avec La Presse canadienne.

Selon l’Association des médecins vétérinaires du Québec (AMVQ), le micropuçage coûte environ 70 $ dans une clinique vétérinaire. Il est de 45 $ à la SPCA de Montréal et le prix est généralement encore plus faible lorsque les municipalités organisent des cliniques de micropuçage.

Stérilisation

Avec la stérilisation, la Ville de Montréal vise d’abord à contrôler le nombre d’animaux errants et à limiter les portées indésirables pouvant mener à la surpopulation des refuges et à l’euthanasie.

L’opération, qui est pratiquée sous anesthésie générale par un vétérinaire, empêche l’animal de se reproduire. Il peut généralement être ramené au domicile le jour même ou le lendemain.

La pratique comporte également d’autres bienfaits, notamment la prévention de tumeurs et d’infections, la diminution de la tendance aux fugues en période de reproduction ainsi qu’une réduction des miaulements excessifs des chattes.

« Tout ce qui est stérilisation n’amène que des avantages pour les chats et les chiens dans notre société », a tranché Dr Michel Pepin, le porte-parole de l’AMVQ.

À Montréal, les lapins devront également être stérilisés.

L’AMVQ estime que la stérilisation d’un chat devrait coûter en moyenne entre 219 $ et 289 $. La facture devrait grimper dans une fourchette de 328 $ à 367 $ pour les chiots.

La SPCA de Montréal offre des services de stérilisation à moindre coût aux personnes à faible revenu, mais refuse d’en dévoiler publiquement les prix.

La stérilisation n’est pas obligatoire sous certaines conditions lorsque la pratique est contre-indiquée par un vétérinaire, lorsque le chien ou le chat est utilisé par la reproduction et lorsque le chien est âgé de moins de six mois.

La majorité des 1000 chiens et des 5000 chats accueillis par la SPCA de Montréal ne sont pas stérilisés ni micropucés à leur arrivée. L’organisme croit que l’obligation de ces pratiques va grandement contribuer à diminuer le nombre d’animaux euthanasiés dans la métropole.

L’amende minimale pour tout propriétaire ne s’étant pas conformé à la réglementation a été fixée à 300 $ à Montréal et à 100 $ à Laval.

Le micropuçage avait d’abord été rendu obligatoire à Laval dès le 1er janvier 2019, mais la ville a repoussé la date butoir après avoir « entendu les préoccupations des Lavallois » qui demandaient plus de temps pour se conformer à la réglementation.