L’année 2020 s’annonce occupée pour l’est de Montréal avec le début de la décontamination de terrains au printemps et l’étude du projet de transport électrique sur Notre-Dame.

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

Un an après la signature de la Déclaration conjointe pour revitaliser l’est de Montréal, Québec et la métropole disent vouloir faire de la transformation de cette partie de l’île une priorité.

« On passera du gris au vert », a insisté la ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau, devant la Chambre de commerce de l’est de Montréal, où la mairesse Valérie Plante a aussi donné une allocution.

Mercredi dernier, le comité exécutif de la Ville de Montréal a recommandé l’adoption d’un règlement pour officialiser un programme de subventions pour la réhabilitation de terrains de l’Est. Il devrait être adopté lundi prochain. Montréal a reçu une enveloppe de 100 millions de dollars de Québec pour procéder à la décontamination des sols.

La métropole compte commencer par les secteurs de la Pointe-de-l’Île et d’Assomption-Sud—Longue-Pointe, des endroits « stratégiques pour créer des milieux de vie et des milieux de travail » rapidement, a dit la mairesse en point de presse. « Ce sont deux secteurs qu’on considère avoir énormément de potentiel et sur lesquels on veut concentrer nos énergies, a précisé Mme Plante. En même temps, dès février, on va pouvoir recevoir des demandes de décontamination, donc ça n’exclut pas des terrains qui seraient à l’extérieur de ces deux [zones]. »

Les propriétaires privés pourront recevoir une aide financière subventionnant à 75 % la décontamination de leur terrain en déposant une demande avant le 1er janvier 2022. Cette subvention tombera ensuite à 60 % après cette date.

Transports en commun

Les transports sont aussi au cœur de la stratégie de Québec et de Montréal pour l’Est. La ministre Rouleau a confirmé vendredi le prolongement du service rapide par bus (SRB) du boulevard Pie-IX de 1,7 km, jusqu’à la rue Notre-Dame – plutôt que Pierre-De Coubertin, comme initialement prévu –, un projet de quelques dizaines de millions de dollars. Elle a aussi annoncé le retour de la navette fluviale, qu’elle espère élargir à d’autres secteurs, en passant du Vieux-Montréal vers Longueuil, Boucherville et Repentigny.

« À terme, c’est un véritable réseau de transports en commun fluvial dont j’aimerais doter la région métropolitaine », a dit Mme Rouleau, qui a été mairesse de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles durant huit ans.

Mme Plante a de son côté noté l’agrandissement du réseau de vélos BIXI dans l’est de l’île.

CDPQ Infra étudie en ce moment un système de transport collectif électrique dans la rue Notre-Dame pour le secteur. Pour l’instant, on ignore s’il prendra la forme d’un tramway ou d’un prolongement du REM. Cela s’ajoute au prolongement de la ligne bleue vers Anjou.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Le ministre du Patrimoine, Steven Guilbeault

Le ministre du Patrimoine, Steven Guilbeault, présent lors des allocutions, a indiqué en point de presse que le gouvernement fédéral « affectionne beaucoup » les projets de transports en commun et transports actifs pour réduire la pollution. Il a cependant ajouté que le fédéral n’a reçu « aucune demande » pour une contribution financière à l’heure actuelle. « Mais nous serons heureux de nous asseoir avec la Ville et la province pour voir comment on peut faire avancer ces projets-là », a-t-il précisé.