L’administration Plante a annoncé, mercredi après-midi, le début des activités de l’Agence de mobilité durable dès le 1er janvier 2020. Une agence dont le but ultime ne sera pas «d’amasser les revenus», mais plutôt de faciliter la mobilité sur le territoire montréalais, a-t-on affirmé en point de presse à l’hôtel de ville.

Sara Champagne Sara Champagne
La Presse

Le responsable de l’urbanisme et de la mobilité au comité exécutif, Éric Alan Caldwell,  
a rappelé que l’idée de transformer Stationnement de Montréal en Agence de mobilité remontait à l’époque de l’ex-maire Coderre.

Au lieu de relever de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, la nouvelle entité devient une société paramunicipale. Elle sera dotée d’un conseil d’administration sur lequel des élus seront appelés à siéger.

«Il y a beaucoup de pain sur la planche avec la passation des pouvoirs, de la technologie, a affirmé M. Caldwell. On a une orientation claire. Il faut optimiser notre espace de stationnement avec un meilleur contrôle, en le gérant intelligemment, en créant des partenariats avec le privé.»

Dans les rues, pour les automobilistes, il n’y aura pas de réels changements dans l’immédiat. Mais, dès l’an prochain, les élus étudieront divers scénarios pour implanter une nouvelle tarification qui sera modulée en fonction de l’heure de la journée.  

PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Éric Alan Caldwell

L’administration municipale veut aussi optimiser les services de stationnement via une application mobile, en informant en temps réel la disponibilité des places et les restrictions.

La Ville de Montréal a donné l’exemple de la fameuse rue Sainte-Catherine, avec ses chantiers de construction, et ses nombreux espaces retranchés sur rue. Elle espère travailler avec le privé pour offrir du stationnement.

«Nous étions un organisme de collections qui amassait les 25 cents. Il faut influencer davantage le comportement des automobilistes en gérant mieux les espaces, et ultimement, en offrant une meilleure mobilité», a expliqué le nouveau président du conseil d’administration de l’Agence, Rémi Racine, un entrepreneur provenant du milieu du jeu vidéo.

Autre objectif phare de la nouvelle Agence : une meilleure répartition des agents de stationnement sur le territoire.

À l’heure actuelle, les agents sont basées dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie–La Petite-Patrie, sous la juridiction du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Ils relèveront dorénavant de l’Agence de mobilité. La Ville explique vouloir mieux desservir les arrondissements en périphérie.  

Elle n’a cependant pas expliqué comment elle entend procéder.