Les citoyens de Montréal souffriront du nouveau budget de l’administration Plante-Dorais avec des rues mal entretenues, estime l’opposition officielle à l’hôtel de ville.

Sara Champagne Sara Champagne
La Presse

Dominique Talbot Dominique Talbot
La Presse

À l’ouverture d’une présentation budgétaire officielle, mercredi, le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez, a expliqué qu’au moins 400 millions avaient été retranchés d’une main pour faire avancer, de l’autre main, les promesses de Projet Montréal.

« C’est tout à fait irresponsable. On sait tous qu’il y a un déficit énorme dans l’entretien de notre voirie. On est en train de préparer une liste détaillée, mais ce qu’on constate, c’est qu’il y a du favoritisme selon l’allégeance des arrondissements », dénonce M. Perez.

Dans le budget présenté lundi, Montréal augmente ses dépenses de 462,9 millions en 2020, soit 8,1 % de plus qu’en 2019. Selon un coup de sonde de La Presse auprès d’analystes, la santé de l’économie jouera en faveur de l’administration municipale. Mais à la Fédération canadienne des contribuables, on parle d’une croissance insoutenable. « C’est un peu comme si l’argent lui brûlait les doigts », dit Renaud Brossard, directeur de la section Québec, à propos de l’administration de Valérie Plante. « Les Montréalais sont parmi les plus taxés au Canada », estime-t-il.

Surtout, enchaîne-t-il, que les résidants de plusieurs arrondissements subiront une hausse de taxes supérieure à la moyenne de 2,1 % utilisée pour le budget. « La promesse de ne pas hausser les taxes municipales plus haut que l’inflation a encore été brisée pour beaucoup de Montréalais. »

Économie forte

Danielle Pilette, professeure associée au département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale de l’ESG UQAM, estime pour sa part que la force du marché immobilier montréalais, stimulé par l’intérêt de gens provenant de l’étranger, va créer des entrées d’argent supplémentaires.

Mais attention, prévient la professeure. « Ce n’est pas dangereux de fonctionner comme ça tant que le marché immobilier reste vigoureux. »

« À la fin du mandat de Denis Coderre, on parlait d’un budget de 5 milliards. Depuis l’arrivée de Valérie Plante, les hausses de dépenses s’accumulent. Mais le montant des revenus réels de la Ville en 2018 a été de 6,8 milliards », rappelle Mme Pilette.

La critique la plus virulente du cadre financier montréalais est venue, mardi, de l’ex-maire du Plateau Mont-Royal, Luc Ferrandez, qui a soutenu au micro du 98,5 que la Ville peinait à contrôler ses dépenses et sa dette. Il a soutenu que la Ville était arrivée à un « point critique ».

Paiement comptant

Professeur invité à l’École nationale d’administration publique (ENAP) et ex-ministre, Rémy Trudel considère que le budget 2020 de la métropole « est bon dans l’ensemble », mais il exige des explications par rapport aux décisions de payer comptant.

« La hausse des dépenses de 8,1 % apparaît dépasser les limites usuelles. On a compris que c’est lié à l’argument des paiements comptant de travaux d’infrastructure. […] La Ville, ajoute-t-il, doit expliquer qu’est-ce qu’une bonne dette par rapport à une mauvaise dette. »