L’ex-maire du Plateau n’est pas tendre envers ses anciens collègues de l’administration municipale qu’il accuse de trop dépenser.

Suzanne Colpron Suzanne Colpron
La Presse

Sur les ondes du 98,5 FM, où il chronique à l’émission matinale de Paul Arcand, Luc Ferrandez a donné raison au chef de l’opposition officielle Lionel Perez, qui a dénoncé lundi le niveau d’endettement sans précédent de la Ville de Montréal. «Ils sont hors de contrôle», a déclaré M. Perez dans les minutes qui ont suivi la conférence de presse de l’administration Plante-Dorais sur le budget municipal qui prévoit une augmentation de 8 % des dépenses. Du jamais vu.

L’ancien maire du Plateau en a ajouté une couche mardi en parlant de maquillage et de mensonge.

«On est arrivé à un point critique, a-t-il dit. Le maquillage ne fonctionnera pas l’an prochain. Je pense que je peux dire ça avec une certaine autorité, parce que j’étais le président du Comité sur les grands projets.»

Dans les six premiers mois, M. Ferrandez dit avoir constaté que les dépenses de l’administration Plante étaient excessives. Il assure en avoir fait part au président du Comité exécutif Benoit Dorais, qui ne voyait pas les choses du même oeil. M. Ferrandez a alors donné sa démission du Comité sur les grands projets.

Mais le temps lui a donné raison, assure-t-il. «Au printemps suivant, on a été obligés d’arrêter tous les projets pour lesquels il n’y avait pas de contrats qui avaient été donnés.»

En entrevue chez Paul Arcand le 22 novembre, M. Dorais a toutefois dit que la Ville n’avait connu aucun dépassement de budget.

«Il ment parce qu’on était tous là, a rétorqué Luc Ferrandez au micro du 98,5. Il a envoyé une directive à tous les conseils d’arrondissement. Il a envoyé une directive à tous les services. Tous les projets qui ne sont pas engagés doivent être arrêtés pour une réévaluation. La Ville avait dépensé 400 millions de plus. Le réel dépassait le budget. Ce n’est peut-être pas de sa faute, c’est les services ont dépensé plus que le budget qui leur avait été accordé sans le signaler. Mais quand même, le réel avait dépassé le budget de 400 millions.»

Selon M. Ferrandez, cette situation peut peut-être survenir une année.

«Mais, ce n’est pas ça, le problème, a-t-il poursuivi. Le problème est structurel. Le problème, c’est que l’administration investit 2 milliards par année. Il faut que les gens distinguent le budget d’exploitation, le budget de gestion de la Ville de Montréal et le budget d’investissement, où on peut amortir la dépense sur plusieurs années quand on construit des grosses choses. Deux milliards par année, c’est énorme.»

L’ex-maire a rappelé que la dette de la Ville doit correspondre à son budget courant et qu’elle ne doit pas le dépasser. Or, cette année, le ratio entre la dette nette (6,1 milliards) et les revenus dépasse 100% et atteindra 109% en 2020.

«On a vu que la dette a commencé à augmenter, elle était rendue à 111% l’an prochain et elle s’en allait vers le 118%. Et c’est beaucoup trop. Alors, il y a une passe-passe comptable qui a été faite. C’est qu’on a pompé 400 millions de dollars dans le budget. Et en pompant 400 millions, ça change le ratio budget/dette. Puis, après, on reprend les 400 millions et on paye au comptant des investissements. Donc, on continue d’investir beaucoup, mais avec de l’argent de la dette.»

La solution est simple, selon M. Ferrandez: la Ville doit couper dans ses dépenses.

Où couper? «Je ne sais pas où on pourrait couper, a-t-il dit. Je pense qu’il faut couper un peu dans l’eau, malheureusement. À ce prix-là, c’est beaucoup trop cher. Ça veut dire moins de bassins de rétention, ça veut dire que la prochaine fois, on va encore être obligés de mettre de l’eau polluée, tu penses bien que ça ne me tente pas de dire ça.»

L’ancien élu a aussi mentionné qu’il fallait arrêter d’investir dans des équipements qui vont avoir des charges d’exploitation plus tard, comme une bibliothèque ou un centre sportif.

Et il a confirmé que les travaux de modernisation de l’hôtel de ville de Montréal, lancés en juin 2018 et estimés à 72 millions, allaient coûter au moins 140 millions. La réfection du Biodôme a aussi été plus chère que prévu: 30 millions au lieu de 21 millions. Les travaux de rénovation de l’Insectarium qui devaient s’élever à 28,8 millions ont coûté plus de 36 millions.

«C’est oui à tout. Ça ne peut pas continuer comme ça. Il faut couper dans le budget d’investissement.»