Consciente du mécontentement entourant le fardeau fiscal pour les propriétaires d’immeubles à logements de six unités et plus, la mairesse de Montréal assure qu’elle est à la recherche de solutions. Des discussions sont en cours avec le gouvernement du Québec pour pallier la hausse moyenne prévue au budget de 4,5 % en 2020, indique Valérie Plante.

Sara Champagne Sara Champagne
La Presse

Au lendemain du dévoilement du budget, Valérie Plante a serré des mains de citoyens à une intersection de la rue Beaubien, très tôt mardi matin, dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie. « On a une belle matinée, faut en profiter », a-t-elle dit à l’un d’eux la félicitant de sa gouvernance. Ce quartier est reconnu pour son niveau élevé de locataires. La mairesse a assuré qu’elle est très consciente des conséquences possibles d’une hausse des taxes.

« On est très sensible à cette question, a assuré Mme Plante. Nous sommes en discussions avec le ministère de l’Habitation et des Affaires municipales pour réviser la taxation. Pour l’instant, on n’a pas le pouvoir de diminuer les taxes, on ne peut que les augmenter », a-t-elle indiqué.

Son administration affirme être également à la recherche d’autres solutions, comme l’élimination des taxes à la porte.

« Je pense à Verdun, à l’arrondissement de Saint-Laurent également. Ils ont hérité de vieilles taxes du temps qu’ils étaient des villes. Il y avait une taxe à la porte pour l’eau. Mais on doit aller plus loin pour s’assurer que tous les citoyens puissent habiter à Montréal. On voudrait avoir un meilleur contrôle pour équilibrer le taux de taxation », a-t-elle dit.

Plus de brigadiers

Valérie Plante a profité du dévoilement de son nouvel exercice financier pour rappeler qu’un million sera investi afin de sécuriser 45 intersections avec l’embauche de brigadiers. C’est la première fois depuis 2002 que de l’argent frais est consacré à l’ajout de brigadiers scolaires, a-t-elle souligné mardi matin.

« Il y avait du rattrapage à faire. Et on a décidé de suivre les recommandations de la commission de la sécurité publique et du SPVM d’apporter du renfort aux brigadiers. Tout ça avec l’ajout de signalisations, et d’autres mesures d’atténuation de la circulation », a-t-elle expliqué.

L’annonce s’inscrit dans le programme Vision Zéro de la Ville de Montréal visant ultimement à réduire le nombre d’accidents mortels et les blessures graves de plus de la moitié. L’un des éléments phares est de garantir des déplacements sécuritaires pour les piétons et les cyclistes. Dans les prochaines semaines, les arrondissements transmettront à la ville-centre leurs besoins aux abords des écoles.

Pas de trappe à tickets

L’administration Plante a aussi voulu rassurer les automobilistes. Elle n’a pas l’intention d’instaurer des « trappes à tickets » pour augmenter ses revenus dans un contexte budgétaire où les dépenses bondissent en 2020.

« Ce n’est pas notre intention. La sécurité est très importante pour nous. Donc, si une contravention est donnée, il faut une bonne raison. Nous l’avions dit quand nous étions dans l’opposition, nous ne sommes pas en faveur des trappes à tickets », a expliqué la mairesse.