Les maires de banlieue sont passés à un cheveu de chambouler le projet du REM, il y a quelques mois, mais la Caisse de dépôt est parvenue in extremis à étouffer la grogne, a appris La Presse.

André Dubuc André Dubuc
La Presse

William Leclerc
La Presse

En décembre dernier, les maires de Kirkland et de Pointe-Claire s’apprêtaient à faire connaître publiquement leur mécontentement en compagnie d’élus de l’Ouest-de-l’Île. La Caisse a toutefois réussi à les convaincre d’annuler la conférence de presse, révèlent des documents obtenus en vertu de la loi sur l’accès à l’information.

Ces élus reprochaient à la Caisse de lever le nez sur leurs demandes concernant le Réseau express métropolitain (REM).

Les maires craignent que les futures stations à Pointe-Claire et Kirkland souffrent de sérieux problèmes d’accessibilité en raison de l’absence de stationnements incitatifs et de l’abaissement des deux tiers de la hauteur du tracé aérien du REM. L’abaissement du tablier, décrété unilatéralement par la Caisse, vient compromettre la réalisation de travaux routiers prévus de longue date facilitant l’accès des autos, des autobus et des vélos aux stations.

« Informés par courtoisie qu’une conférence de presse organisée conjointement par plusieurs maires et mairesses des villes desservies par le REM était en préparation pour dénoncer ces actions, les dirigeants de la CDPQ Infra ont convoqué d’urgence en décembre 2018, à Pointe-Claire, une rencontre avec les soussignés et les maires, mairesse de Dorval, Sainte-Anne-de-Bellevue et Mont-Royal pour empêcher la tenue de cette conférence de presse. »

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Michel Gibson, maire de Kirkland

L’information provient d’une lettre adressée au premier ministre François Legault, cosignée par les maires de Kirkland, Michel Gibson et celui de Pointe-Claire, John Belvedere, le 7 février 2019.

Invitée à expliquer son intervention de décembre 2018, la Caisse est restée vague. « En ce qui a trait aux échanges bidirectionnels entre les instances du projet REM et ses partenaires, nous préconisons des échanges en continu et une collaboration active », a fait savoir son porte-parole, dans un courriel.

« Mur de silence »

Au cours de cette rencontre d’urgence de décembre 2018, la Caisse s’est engagée à répondre diligemment aux doléances des Villes, pour ensuite reporter sa réponse à au moins trois reprises.

On perçoit d’ailleurs l’exaspération des deux maires dans la lettre au premier ministre. Ils parlent de « mur de silence », « stratégie pour gagner du temps » et de « manœuvres dilatoires » pour décrire les agissements de la Caisse et de sa filiale CDPQ Infra, qui pilote le projet de train léger de 67 kilomètres évalué officiellement à 6,3 milliards de dollars.

Le silence incompréhensible et injustifié de CDPQ Infra, leurs techniques de diversion et de report pour esquiver de répondre à nos questions légitimes, sont totalement indignes de gestionnaires publics non élus mandatés pour réaliser une infrastructure publique d’avant-garde et porteuse d’avenir, payée par les citoyennes et citoyens du Québec.

Les maires de Kirkland et de Pointe-Claire au premier ministre Legault, le 7 février 2019

Ce ton tranchant contraste avec la discrétion dont les maires Gibson et Belvedere font preuve en public. Ni un ni l’autre n’a accepté de répondre à nos questions.

« Ces villes (de l’Ouest-de-l’Île) marchent sur des œufs, parce qu’au départ dans le projet de la Caisse, il n’était pas question de desservir l’ouest de l’île. Il était question de desservir l’aéroport de Dorval. Cette desserte a été imposée politiquement », rappelle Danielle Pilette, professeure associée au département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale de l’ESG-UQAM, à qui on a demandé de commenter l’affaire.

Entente de confidentialité

Certaines administrations municipales justifient plutôt leur discrétion extrême en raison d’une entente de confidentialité les liant à la Caisse de dépôt.

C’est le cas notamment de la Ville de Brossard qui a refusé de nous remettre ne serait-ce qu’un seul document concernant le REM notamment pour cette raison. « Nous vous informons que la Ville est liée par une entente de confidentialité réciproque avec CDPQ-Infra en ce qui a trait à tout renseignement ou document relatif à la construction du REM », écrit la ville de banlieue le 8 octobre 2019.

L’entente de confidentialité a été signée le 1er décembre 2015 et est valide pour trois ans, mais « les obligations de confidentialité du destinataire survivent l’expiration ou la terminaison de la présente entente », y précise-t-on.

« Il peut toutefois arriver que des échanges contiennent des informations de nature commerciale et stratégique, et font alors l’objet d’ententes de confidentialité auxquelles tous adhérent », explique la Caisse, par courriel.

Toutes les Villes, notons-le, n’ont pas la même interprétation. Les maires Alan De Sousa, de l’arrondissement de Saint-Laurent et Philippe Roy, de Mont-Royal, nous ont affirmé ne pas se sentir muselés par la Caisse de dépôt. « Je sors [publiquement]. Je suis là pour défendre les intérêts de mes citoyens. Quand je trouve qu’on est devant une absurdité, je sors », nous a assuré l’élu de Mont-Royal.

Le REM en bref
Réseau de train électrique automatisé (sans conducteur)
Longueur du trajet : 67 km et 26 stations
Connexions : Lignes de métro bleue, verte et orange
Service : Offert 20 heures par jour, tous les jours
Premiers départs :  Prévus en 2021 (Brossard-Gare Centrale)
Coût de réalisation officiel : 6,3 milliards

Les griefs connus des villes

Abaissement du tablier du REM à 5 mètres sur l’antenne de l’Ouest-de-l’Île décidé unilatéralement par la Caisse : 

• Surcoût à prévoir pour le viaduc du boulevard Jacques-Bizard, essentiel, selon la Ville de Pointe-Claire, à l’accès à la station du REM Pointe-Claire pour les piétons, les cyclistes, les autobus au nord et au sud de l’autoroute 40. Le surcoût incombera aux contribuables.

• Mise en péril du remplacement du viaduc du chemin Sainte-Marie, qui arrive en fin de vie utile en 2030
• Surcoût à prévoir pour construire l’hypothétique viaduc du boulevard urbain A440, devenu sous l’administration Plante un chemin de parc pour autobus et vélos

Autres enjeux : 

• Insuffisance des mesures de mitigation en prévision de la fermeture du tunnel sous le mont Royal à compter du 6 janvier 2020
• Absence de stationnement incitatif aux stations Kirkland et Pointe-Claire
• Passage de 60 autobus par heure en moyenne sur le chemin Sainte-Marie Nord (qui n’est pas conçu pour le trafic lourd d’une telle intensité : une voie dans chaque direction) en provenance de Vaudreuil-Dorion à destination de la station REM de Sainte-Anne-de-Bellevue
• Problèmes de servitudes d’infrastructures souterraines qui sont en conflit avec les besoins du REM
• Absence de coordination pour l’intégration des voies d’accès routier et pour piétons aux stations, des quais pour le transport en commun autour des nouvelles stations
• Niveau sonore associé au passage de 550 trains par jour à Mont-Royal
• Non-connexion du REM à la gare VIA de Dorval (une étude a été commandée)
• Plans soumis par NouvLR jugés comme étant insuffisants par Pointe-Claire pour le drainage permanent des eaux pluviales

Abaissement du tablier du REM: une décision « insensée », dénoncent des maires

PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE

D’une hauteur initiale de 12 à 16 mètres, le tablier du REM a été abaissé à 5 mètres, sans consultation.

La Ville de Pointe-Claire accuse la Caisse de dépôt de faire des économies à court terme en réduisant des deux tiers la hauteur du tablier du Réseau express métropolitain (REM) dans l’Ouest-de-l’Île. Une décision qui a pour conséquence de faire exploser la facture de travaux routiers à venir, selon son maire.

L’information est tirée de la correspondance entre le bureau du maire, d’une part, et l’équipe du REM, l’agglomération de Montréal et le pouvoir provincial, d’autre part. Les documents ont été obtenus par La Presse à la suite de demandes en vertu de la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics.

L’un des enjeux impliquant les villes de l’Ouest-de-l’Île et CDPQ Infra concerne l’abaissement du tablier du REM dans le but de faire des économies. D’une hauteur initiale de 12 à 16 mètres, la structure a été abaissée à 5 mètres, sans consultation.

De juin 2018 à février 2019, le maire de Pointe-Claire John Belvedere a écrit à huit reprises à la CDPQ, à l’agglomération de Montréal et au gouvernement provincial sur cet enjeu, en vain.

Après avoir appris accidentellement à l’été 2018 l’application de cette décision insensée de la CDPQ Infra d’abaisser la hauteur prévue des structures aériennes, nous avons multiplié nos représentations, à tous les niveaux de la CDPQ et CDPQ Infra, en vain.

Les maires de Kirkland et de Pointe-Claire au premier ministre Legault, le 7 février 2019

« Les rencontres et discussions ainsi que les échanges écrits que nous avons multipliés n’ont servi à rien, poursuivent-ils. Nous nous heurtons constamment à un véritable mur de silence, de reports et d’explications alambiquées qui s’apparentent de plus en plus à une stratégie savamment orchestrée destinée à seulement gagner du temps. En clair, nous sommes tous conscients qu’il s’agit de manœuvres dilatoires pour qu’il soit tout simplement trop tard pour agir. »

L’abaissement du tablier à 5 mètres entre les boulevards Saint-Jean et Saint-Charles complique singulièrement la réalisation du futur échangeur permettant le raccordement du boulevard Jacques-Bizard à l’autoroute 40. D’ailleurs, le REM enjambe l’échangeur existant du boulevard Saint-Jean, à l’est, à une hauteur de 15 mètres.

« La hauteur définitive de la structure aérienne du REM dans ce secteur est à l’échelle humaine, s’intègre dans le cadre bâti existant et respecte l’ensemble des normes et règlements prescrits », s’est défendue la Caisse, par courriel.

L’échangeur Jacques-Bizard/A40 est réclamé depuis longtemps par les élus de l’Ouest-de-l’Île pour désengorger le secteur. L’emprise est située à l’ouest du centre commercial Fairview Pointe-Claire.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DU REM

Vue aérienne de la structure du REM, près du centre commercial Fairview Pointe-Claire

« La future station Pointe-Claire et le prolongement du boulevard Jacques-Bizard doivent être impérativement liés. Ce nouveau lien routier nord-sud est essentiel et il sera de plus le seul pouvant être réalisé de manière à garantir un usage efficace et sécuritaire pour les automobilistes, le transport en commun, les piétons et les cyclistes, à moins de 500 mètres de la nouvelle station REM », écrit M. Belvedere à Michael Sabia, dont la réponse ne nous a pas été transmise.

Les échangeurs actuels Des Sources, Saint-Jean et Saint-Charles ne suffisent plus à la demande. Le statu quo nuit à l’accessibilité aux futures stations du REM.

Un second REM en parallèle

La Caisse a décidé d’abaisser le tablier du REM à une hauteur libre de 5 mètres pour économiser 48 millions.

Or, ce choix va faire exploser les coûts de la construction du futur échangeur Jacques-Bizard. Au lieu de construire un viaduc de 28 millions passant entre le REM et l’A40, Pointe-Claire soutient qu’elle devra creuser un tunnel de 340 millions pour pouvoir joindre et franchir la tranchée de 12 voies de l’autoroute 40 et de ses voies de desserte, citant une étude de faisabilité technique et financière produite par la Ville de Montréal en août 2018.

La Caisse a fait ses propres estimations et conteste les chiffres de Pointe-Claire. 

[Nos] études confirment la faisabilité technique et financière de ce projet, et ce, sans impact sur les coûts du scénario préliminaire d’aménagement du boulevard.

 Jean-Vincent Lacroix, porte-parole de CDPQ Infra

La Caisse estime pouvoir réaliser un tunnel sous l’autoroute 40 constitué de multiples ponts d’étagement pour moins de 60 millions. Sans extra, la facture de 60 millions comprend la construction d’une passerelle aérienne pour piétons et cyclistes enjambant l’autoroute et ses voies de desserte.

« Nous avons l’impression d’avoir été confrontés à un exercice créatif d’estimations, où tous les coûts relatifs au maintien de la hauteur initialement prévue de l’infrastructure aérienne du REM sont lourdement accrus, alors que les autres options proposées par la CDPQ Infra sont soudainement beaucoup plus économiques que les estimations produites par nos villes, l’agglomération de Montréal et votre ministère », réagit le maire Belvedere, dans une lettre au ministre des Transports François Bonnardel. La réponse détaillée du ministre ne nous a pas été transmise.

« On voit que les maires s’adressent au gouvernement pour obtenir des promesses de construction de nouveaux viaducs, de nouveaux stationnements et de correction de l’élévation par le gouvernement du Québec, commente Danielle Pilette, professeure à l’ESG-UQAM, à qui La Presse a montré les documents. Il est probablement plus facile d’obtenir des engagements de la part du gouvernement que de CDPQ Infra, qui agit selon le paradigme fonctionnaliste : elle est prête à vivre avec des wagons indiens et avec des reports d’investissements. »

Tenant à aller de l’avant avec un tablier à hauteur réduite, la Caisse propose de construire, au moment requis, un second tronçon du REM en parallèle et plus élevé que celui qui serait alors existant, comme ce qui a été fait pour remplacer le pont Champlain.

Une proposition que le maire Belvedere qualifie de « farfelue » en raison de ses « coûts démesurés », dans une lettre au premier ministre Legault.