Victoire pour les résidants de Hampstead dont les logements étaient menacés par un projet de condos de luxe. À l’issue d’un référendum local statuant sur leur démolition, le camp du « non », qui luttait depuis plusieurs semaines pour la sauvegarde des immeubles, l’a emporté.

Raphaël Pirro Raphaël Pirro
La Presse

Des 2000 personnes admissibles, un peu moins de 900 se sont présentées aux urnes : 593 ont rejeté le projet immobilier, 267 l’ont appuyé.

Le compte Twitter de la Ville de Hampstead a confirmé le résultat du vote peu avant 21 h, moins d’une heure après la fermeture du scrutin.

« Il n’y a pas de mots, s’est exclamée l’organisatrice du camp du “non”, Leah Lasry, résidante de Hampstead. Il y a des gens qui avaient les larmes aux yeux », a-t-elle raconté à propos des résidants des deux immeubles qui s’étaient réunis dans la salle où avait lieu le scrutin.

« C’est une victoire morale pour les résidants de Hampstead », a lancé Mme Lasry.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Leah Lasry 

Controverse

Le projet de condos, promu par le Groupe Benvenuto, suscitait la controverse depuis plusieurs mois. Le maire Bill Steinberg, cousin éloigné d’un des promoteurs, appuyait le projet. M. Steinberg avançait que Hampstead pourrait récolter 145 000 $ de plus en impôt foncier une fois les condos construits, un argument qui n’aura pas suffi à convaincre les électeurs d’une ville qui nage dans un surplus accumulé de 6 millions.

Au début du mois d’octobre, les résidants ont forcé la main de la mairie en obligeant la tenue d’un référendum sur la démolition des deux édifices, où une cinquantaine de résidants vivent, certains d’entre eux depuis plusieurs décennies.

Au moins cinq autres projets de tours à condos sont envisagés sur le chemin de la Côte-Saint-Luc, a récemment annoncé le maire Steinberg.