Le chantier de la rue Saint-Paul Est s’éternise, au grand dam de nombreux commerçants de cette artère commerciale du Vieux-Montréal parsemée de restaurants, de galeries d’art et de boutiques pour les touristes.

Suzanne Colpron Suzanne Colpron
La Presse

L’administration municipale a annoncé la fin des travaux dans un communiqué publié mercredi. Mais une petite visite des lieux a permis de constater que des clôtures bloquent encore l’accès d’une portion de la rue et que des pelles mécaniques sont à l’œuvre.

Le chantier de la deuxième phase dans la rue Saint-Paul Est, entre la place Jacques-Cartier et le boulevard Saint-Laurent, a été entrepris à l’été 2018.

« Prendre un an pour faire la rue Saint-Paul, je trouve ça vraiment trop long », a lancé Florian Mallot, serveur et gérant adjoint Chez Suzette. « C’est une rue touristique. Quand les gens voient qu’elle est fermée de partout, ils mettent ça sur les réseaux sociaux. Les touristes pensent que c’est fermé, mais les commerces marchent encore. »

M. Mallot estime avoir perdu entre 10 000 $ et 15 000 $ de salaire depuis le début des travaux. « C’est quand même beaucoup. »

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Florian Mallot, serveur et gérant adjoint Chez Suzette

« Avoir des travaux comme ça, ça fait fuir les clients, a ajouté Yohann Pintet, du Vieux-Port Steakhouse. Ce n’est pas bon pour le chiffre d’affaires du restaurant. Moi, je viens à pied, donc ça ne me dérange pas. Mais je peux comprendre les touristes. C’est pénible, parce qu’ils bloquent une partie de la rue et les personnes doivent faire demi-tour pour aller de l’autre côté. Et ce n’est pas beau. Ça ne donne pas envie de marcher dans cette rue. »

M. Pintet s’est fait dire que le chantier serait terminé pour de bon en janvier. « Ça veut dire qu’il y aura tout le mois de décembre comme ça », déplore-t-il.

Le restaurant voisin, The Keg, souffre aussi des travaux qui s’étirent en ce début d’hiver. Des clôtures compliquent encore l’accès de son commerce. Et l’été dernier, il a été impossible d’ouvrir la terrasse sur laquelle il y a normalement 70 chaises.

Rue partagée

La rue Saint-Paul Est restera ouverte aux voitures et aux vélos, entre le boulevard Saint-Laurent et la place Jacques-Cartier, durant l’hiver, mais elle sera réservée aux piétons pendant l’été, a annoncé Robert Beaudry, conseiller du district de Saint-Jacques et responsable du développement économique et commercial de la ville.

La vitesse permise sera réduite à 20 km/h en tout temps.

Cette artère compte 4000 résidants, 40 000 travailleurs, et elle est fréquentée chaque année par 15 millions de Montréalais et de touristes, entre la rue du Marché-Bonsecours et le boulevard Saint-Laurent. « Elle offrira à tous un environnement bordé de terrasses où se désaltérer, se restaurer ou simplement se reposer », souligne la Ville dans son communiqué.

L’aménagement a été réalisé avec des matériaux sobres et nobles qui mettent en valeur l’architecture des bâtiments qui la bordent. Le trottoir a été élargi et abaissé, et la chaussée a été rétrécie. Très peu de locaux sont vacants ou à louer. Et de nouveaux commerces ont même fait leur apparition au cours de la dernière année.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Marie-Pier Lepage, gérante de L’Empreinte coopérative

C’est le cas d’Artisans Canada. « Les gérants ont trouvé que c’était un bel endroit, idéalement placé », souligne Nicoleta Martalog, qui y travaille. « Réserver cette rue aux piétons est une bonne idée », dit-elle. Un avis que partage Marie-Pier Lepage, gérante de L’Empreinte coopérative. « La rue piétonne, c’est super. Ça a juste des avantages. »