Le contrôleur général de la Ville de Montréal a lancé une enquête sur le climat de travail dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce. Des plaintes feraient état d’une ambiance malsaine.

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

La mairesse de l’arrondissement, l’ancienne journaliste Sue Montgomery, ne serait pas visée directement par l’enquête. Selon TVA Nouvelles, des sources se seraient plutôt plaintes du comportement de sa directrice de cabinet, Annalisa Harris.

En point de presse vendredi, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a dit qu’elle ferait « ce qui est nécessaire » suivant les conclusions de l’enquête. « C’est un processus en bonne et due forme, il faut le laisser se faire, c’est vraiment important, a-t-elle commenté. Pour moi, quand il est question des conditions de travail, des relations de travail, je n’hésite jamais à poser les gestes qui sont nécessaires pour m’assurer que tous les employés se sentent en sécurité, bien dans leur milieu de travail. »

Le chef de l’opposition Lionel Perez, lui-même conseiller municipal dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, a dit à La Presse avoir su « par la bande que l’embauche de la nouvelle directrice de cabinet causait certaines tensions ». « J’ai pu entendre qu’il y avait certaines problématiques, a-t-il ajouté. Je pense que madame la mairesse Sue Montgomery doit prendre les décisions qui s’imposent afin de pouvoir s’assurer que son personnel politique travaille de concert avec les services d’arrondissement, avec ses fonctionnaires. Il est inacceptable que du personnel politique puisse avoir ce genre de règne de climat malsain et hostile, c’est contre-productif aux mandats des arrondissements et de la Ville. »

Il n’a pas voulu donner plus de précisions sur ce qui est reproché au personnel politique de Mme Montgomery.

Ni Mme Montgomery ni Mme Harris n’ont répondu aux demandes d’entrevue de La Presse.

C’est la deuxième fois cette année que le contrôleur général de la métropole enquête sur le climat dans un arrondissement. L’été dernier, la mairesse de l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, Giuliana Fumagalli, a été blâmée pour une affaire de harcèlement.

Le chef de l’opposition a par ailleurs fait connaître son mécontentement sur une nouvelle directive qui l’empêche de poser des questions directement au directeur de l’arrondissement pour les enjeux de district. « Je trouve cette décision antidémocratique, c’est un affront pour la population qui m’a élu », a dénoncé M. Perez. « À Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, on n’a jamais eu de telles politiques, peu importe la formation qui était au pouvoir », a-t-il précisé, admettant que la politique est en vigueur ailleurs dans la métropole.  

La mairesse de la ville a rappelé que cette pratique existe dans plusieurs arrondissements. « C’est une pratique très courante, pas systématique, mais courante que les demandes des élus, même les élus qui font partie de l’administration, passent par le ou la chef de cabinet pour avoir des rendez-vous et tout ça. J’aimerais ça que M. Perez, chef de l’opposition, élu dans cet arrondissement, ne fasse pas de la politique là-dessus », a souligné en point de presse Mme Plante, insistant qu’il s’agit d’une question bien distincte de celle de l’enquête en cours dans l’arrondissement.