À travers ses prises de position, l’administration de Valérie Plante « croit détenir la vérité absolue ». Elle sème « la division », déplore l’opposition officielle à l’hôtel de ville de Montréal.

Sara Champagne Sara Champagne
La Presse

Les élus du parti Ensemble Montréal ont profité du mi-mandat pour dresser leur propre bilan après deux ans au pouvoir de Projet Montréal. Circulation, environnement, locaux vacants, déneigement, finances publiques : l’opposition estime que l’administration au pouvoir prend une position « dogmatique » au lieu de réellement faire avancer la métropole.

« L’administration Plante oppose les cyclistes aux automobilistes. Elle refuse les groupes communautaires, notamment au sujet du profilage racial. Elle se moque littéralement des commerçants avec des chantiers qui n’en finissent plus, avec un manque de coordination », a affirmé le chef de l’opposition, Lionel Perez, lors d’un point de presse lundi matin, à l’hôtel de ville.  

L’élu de Montréal a mis en lumière plusieurs dossiers, notamment la fermeture à la circulation automobile de transit sur la voie Camillien-Houde, dans le mont Royal. Une décision sur laquelle la mairesse Plante a d’ailleurs fini par faire volte-face.

« Cette volonté d’avoir interdit à tout prix la circulation sans avoir fait d’études, sans avoir tenu une consultation, démontre à quel point l’administration au pouvoir fonce avec ses idées, peu importe les conséquences. Peu importe ce que pensent réellement les Montréalais et Montréalaises », a affirmé M. Perez.  

Dans l’ensemble, le parti Ensemble Montréal croit que l’entêtement de l’administration Projet Montréal à faire passer à l’avant les intérêts de la base militante risque de se tourner contre la mairesse.

À ce sujet, Francesco Miele, leader adjoint de l’opposition officielle, a affirmé que l’administration, avec l’élu démissionnaire Luc Ferrandez (ex-maire du Plateau-Mont-Royal), a réussi à rendre la vie impossible aux automobilistes.

À l’approche de l’hiver, M. Miele s’est montré inquiet sur les aptitudes de l’administration à bien gérer les épisodes de neige et de glace de la métropole. Il a rappelé qu’Urgences Santé a reçu 140 appels à l’heure en janvier dernier à cause des nombreuses chutes sur les trottoirs et les rues glacés de la ville.

« L’hiver dernier fut un véritable cauchemar. De la glace partout, pendant des mois », a-t-il rappelé.

La mairesse Plante a finalement été écorchée par l’opposition sur sa gestion des finances publiques, notamment sur l’augmentation moyenne des taxes municipales dans le budget 2018. Plusieurs craintes ont été soulevées à l’approche du prochain exercice financier.

L’opposition officielle se demande où va l’argent.

« Nous sommes très souvent d’accord sur les objectifs, mais pas sur les façons de les réaliser », a résumé M. Perez.