La fin approche pour l’ancien pont Champlain. Les travaux de déconstruction devraient débuter à l’été 2020. Mais pour les amateurs d’histoire et de grandes structures, il est possible de visiter le pont comme jamais auparavant, dans le cadre d’une activité spéciale qui se tient ce week-end et le week-end prochain.

Texte : Raphaël Pirro Texte : Raphaël Pirro
La Presse

Photos : Robert Skinner Photos : Robert Skinner
La Presse

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

PJCCI a annoncé samedi les 10 gagnants d’un concours dont les candidats étaient invités à soumettre
les meilleurs projets de recherche à effectuer lors de la déconstruction. Parmi les projets choisis, la plupart visent
au perfectionnement de l’entretien des grandes infrastructures et à l’amélioration générale de la construction
des ponts. Les chercheurs choisis proviennent de divers établissements, dont Polytechnique Montréal
et l’Université de Sherbrooke.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Le but de la déconstruction est non seulement d’éviter de ruiner le riche écosystème
du Saint-Laurent qui se trouve au-dessous du pont, mais aussi d’éviter de mettre les matériaux
à la poubelle. Les 25 000 tonnes d’acier pourraient être fondues et recyclées, et certaines pièces pourraient même être récupérées telles quelles, par exemple. PJCCI estime qu’il serait possible de donner une seconde vie à 80 % des matériaux dans la région de Montréal.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Ce week-end et le week-end prochain, Héritage Montréal et PJCCI offrent au public la chance de visiter l’ancien
pont Champlain avant qu’il ne disparaisse pour toujours. Au coût de 20 $ le billet (tous déjà vendus),
cette activité spéciale permet aux amateurs d’histoire et de génie de mieux comprendre les dessous
de la structure éléphantesque. La visite de samedi matin a eu lieu en présence de Dinu Bumbaru (sur la photo), directeur des politiques à Héritage Montréal.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Officiellement ouvert en 1962, le pont Champlain a été mal conçu et mal construit, et présente toutes sortes de vices qui ont fini par réduire sa durée de vie de façon importante. Dans les dernières années et les derniers mois, la structure commençait à présenter de sérieux dommages, à tel point que l’on craignait qu’il ne s’écroule. Ce pont est considéré par les experts comme un exemple à ne pas suivre. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est devenu un sujet d’étude si intéressant pour les chercheurs.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

L’ancien pont Champlain était la principale porte d’entrée vers Montréal, toutes rives confondues. Pendant près
de 60 ans, il a permis à plus de 130 000 automobilistes de rejoindre l’île de Montréal quotidiennement.
C’est quelque 20 milliards de dollars de marchandises qui y passaient chaque année. Comme l’a dit l’été dernier Sandra Martel, présidente de PJCCI, le pont Champlain « a beaucoup donné », malgré ses nombreux défauts.