De moins en moins de déchets envoyés au dépotoir, des routes qui coûtent de plus en plus cher à entretenir… La Ville de Montréal a rendu publics hier ses résultats d’indicateurs de performance de l’année 2018. L’opération, pilotée par le Réseau d’étalonnage municipal du Canada, permet non seulement à Montréal de se comparer à 17 autres villes canadiennes (dont trois sont de taille comparable à la sienne, soit Toronto, Winnipeg et Calgary), mais également de se comparer à elle-même d’année en année. Quelque 140 indicateurs sont mesurés, depuis le coût de l’entretien des parcs jusqu’au nombre de prêts de documents dans les bibliothèques. Voici quelques faits saillants.

JUDITH LACHAPELLE JUDITH LACHAPELLE
La Presse

Des routes plus coûteuses et en meilleur état

Malgré l’impression qu’en ont les usagers de la route, la proportion de rues considérées comme en bon ou très bon état s’améliore à Montréal – après trois années sous les 30 %, le niveau est maintenant le même qu’en 2014, à 39 %. Ce qui reste néanmoins très loin de Toronto (45 %) et de Calgary (72 %). La Ville indique qu’en raison des « températures hivernales uniques de Montréal (épisodes de gel et dégel plus fréquents) », et du fait qu’une grande proportion de rues ont comme fondation une dalle de béton datant des années 60, « le taux de dégradation du revêtement de surface s’accélère avec le temps ». Les coûts d’entretien, eux, ne cessent d’augmenter : en cinq ans, ils ont grimpé de 22 %. Il en coûte plus de 66 000 $ par kilomètre de voie (nettement plus qu’à Toronto, avec 39 000 $). Montréal doit notamment, contrairement à la Ville Reine, composer avec des précipitations de neige beaucoup plus importantes qu’il faut enlever du chemin. « Or, le chargement et le transport de la neige coûtent beaucoup plus cher que le soufflage sur des terrains adjacents », rappelle la Ville.

Championne du transport collectif

C’est à Montréal que les citoyens se déplacent le plus en transport collectif : 225 déplacements par Montréalais en 2018 comparativement à 176 déplacements par Torontois. Montréal se distingue notamment comme « l’agglomération canadienne ayant le plus haut pourcentage de sa population se trouvant à une distance maximale de 1 km d’un transport collectif rapide, soit une station de métro ou un arrêt d’autobus sur une voie réservée ». Cette tendance est également en croissance à Montréal, soit 7 % en cinq ans.

Moins de déchets au dépotoir

De plus en plus de déchets sont revalorisés (par le recyclage et le compostage, notamment) au lieu de se retrouver au dépotoir. En cinq ans, le pourcentage de matières détournées de l’enfouissement est passé de 31 % en 2014 à 40 % en 2018. L’an dernier, 62 % des matières recyclables et 26 % des matières organiques ont été détournés de l’enfouissement. Montréal souhaite atteindre une proportion de 70 % de valorisation des matières recyclables et de 60 % de matières organiques d’ici 2020.

Moins cher en gestion des comptes, mais encore trop cher

Un coup de barre a été donné du côté de la gestion des comptes de taxes foncières : en cinq ans, le coût pour gérer les comptes de taxes a diminué de 28 %. Mais malgré diverses mesures, dont l’implantation du paiement électronique, Montréal reste l’endroit où ces coûts de gestion restent les plus élevés parmi les villes comparables (environ 16 $ par compte de taxe géré).

Consultez l'ensemble des indicateurs

— Avec Pierre-André Normandin, La Presse