L’agglomération de Montréal anticipe un surplus global de 10,5 millions de dollars pour l’année 2019.

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

Le surplus s’explique par des variations dans plusieurs postes budgétaires. Pour les droits de mutation immobilière, par exemple, les projections prévoient une hausse qui devrait s’élever à 41 millions de dollars, expliquée notamment par des transactions plus importantes qu’anticipées lors de l’établissement du budget. Les permis de construction devraient aussi rapporter 25 millions de plus que prévu. Des économies de 17,5 missions sont anticipées pour des services professionnels reportés et la gestion de matières résiduelles.

Par contre, moins de contraventions données par les policiers et les agents de stationnement devraient entraîner une baisse de 31 millions de dollars. Les dépenses concernant les salaires, notamment en sécurité publique, risquent aussi d’excéder les hypothèses budgétaires, de 44 millions. À cela s’ajoute une augmentation attendue de 15 millions en raison des mesures d’urgence liées aux inondations du printemps.

L’exercice a été réalisé pour les huit premiers mois de l’année. Durant cette période, les revenus ont crû de 3,6 % par rapport à l’an dernier. Les charges ont aussi augmenté, de 1,8 %.

La projection des résultats de l’exercice 2019 sera présentée au prochain conseil municipal, lundi prochain. Le total anticipé est composé d’un surplus de 61,5 millions de dollars pour le volet municipal et d’un déficit de 51,1 millions pour le volet d’agglomération.