Après la consultation pour limiter la distribution des Publisacs, l’administration de Valérie Plante compte interdire aux géants de l’alimentation de jeter de la nourriture encore comestible aux ordures, a appris La Presse. La mesure sera l’élément phare du Plan de gestion des matières résiduelles 2020-2025, qui sera rendu public demain par la Ville de Montréal, avant d’être soumis à des consultations publiques.

SARA CHAMPAGNE SARA CHAMPAGNE
La Presse

Le plan ambitieux s’inscrit dans l’objectif de la Ville de Montréal de tendre vers le « zéro déchet » d’ici 2030. Les grands épiciers, les hôpitaux, mais aussi les établissements d’enseignement auront cinq ans pour se conformer au règlement, sous peine d’amendes salées. Des inspecteurs veilleront à ce que le règlement soit respecté, selon nos informations.

Mais avant d’en venir aux sanctions, les grands générateurs de déchets alimentaires seront encouragés à former des partenariats officiels, et à grande échelle, avec des banques alimentaires. On pense entre autres à des organismes comme Moisson Montréal. Le compostage sera aussi valorisé.

« C’est une crise majeure qu’on traverse avec l’environnement. Ça prend des mesures importantes, et on y travaille d’arrache-pied », a dit Laurence Lavigne Lalonde, élue responsable de la transition écologique au comité exécutif de la Ville de Montréal, lorsque La Presse l’a jointe.

Yogourts près de la date de péremption, fromages, œufs, pains, céréales, légumes et fruits un peu flétris, mais propres à la consommation : le nouveau règlement viendrait aider à combler les besoins des familles qui ont de la difficulté à remplir leur panier d’épicerie, explique-t-on.

Mme Lavigne Lalonde explique qu’il y aurait toujours l’option de construire de nouvelles infrastructures, des usines pour le traitement des déchets, par exemple. Mais il faut aller plus loin, dit-elle. Il y a d’autres options, dont celle d’aller recueillir les aliments destinés aux poubelles directement à la source.

« On a signé des engagements avec le regroupement des municipalités, nous nous sommes engagés publiquement. Les déchets ont des coûts environnementaux et sociaux », a-t-elle affirmé lors d’un entretien. 

Il faut commencer à mettre des barrières à ce qui n’est absolument pas en adéquation avec ce que 500 000 jeunes nous ont demandé lors de la grande marche.

Laurence Lavigne Lalonde, élue responsable de la transition écologique au comité exécutif de la Ville de Montréal

Au Conseil canadien du commerce de détail, le porte-parole Jean-François Belleau préfère attendre le dévoilement du règlement proposé avant de le commenter. Dans l’industrie alimentaire, certains épiciers ont déjà des ententes avec des organismes d’aide alimentaire, mais il n’y a pas de cadre légal. Leurs réactions seront étudiées par la Ville de Montréal.

1,3 milliard : Selon les chiffres de l’ONU, le tiers de la nourriture produite dans le monde est jetée. Au Canada, on parle de 1,3 milliard de tonnes par an : c’est 31 milliards de dollars envoyés aux ordures.

Les pailles à l’index

Au printemps dernier, la Ville de Montréal a annoncé son intention d’adopter un règlement en 2020 pour réduire ou limiter l’utilisation de pailles, d’ustensiles en plastique, de gobelets en mousse de polystyrène et de barquettes pour emballer la viande, le poisson ou les légumes. Ce nouveau chapitre du plan de gestion des matières résiduelles devrait entrer en vigueur durant la même période.

60,5 % : En 2017, la métropole a rendu public un bilan sur les matières résiduelles révélant que la quantité de déchets finissant au dépotoir diminue chaque année. Néanmoins, seulement 60,5 % des matières recyclables comme le papier et le plastique étaient récupérées en 2017.

Depuis l’annonce de ce règlement, les épiciers sont de plus en plus nombreux à permettre à leur clientèle d’utiliser ses propres contenants. La nourriture en vrac est en plein essor. Dans certains (rares) supermarchés, des étalages de légumes flétris à bon marché sont apparus.

Ailleurs, notamment en Angleterre et en France, le plastique à usage unique est interdit à certains endroits. Toujours en France, il est illégal de jeter des produits invendus encore propres à la consommation.

Dans la foulée de l’étude du plan de gestion des matières résiduelles, on souligne à la Ville de Montréal qu’une pétition citoyenne réclamant des consultations publiques sur le « gaspillage alimentaire » a déjà recueilli 10 045 signatures. Il faut 15 000 signatures pour obtenir des consultations publiques.

15 000 signatures contre le Publisac

Au printemps, les organisateurs d’une campagne contre le Publisac ont lancé une pétition. C’était la première pétition autorisée par la Ville de Montréal conformément à de nouvelles règles. Moins d’une semaine après sa mise en ligne, le cap des 15 000 signatures avait été atteint, soit le nombre de signatures nécessaires à la tenue d’une consultation publique. Les pétitionnaires souhaitent notamment que le Publisac soit distribué sur une base volontaire des citoyens, et que le plastique d’emballage soit recyclé sans être séparé du contenu du sac.

Une loi contre le gaspillage alimentaire en France

Votée le 3 février 2016, la loi interdit aux grandes surfaces de plus de 400 m2 de jeter de la nourriture et de rendre leurs produits invendus impropres à la consommation. Les épiciers sont également tenus de donner les produits invendus à des banques alimentaires sous peine d’une amende de 3750 euros (5461 dollars canadiens).