Un affaissement de sol survenu sous les rails, à proximité d’un chantier du Réseau express métropolitain (REM), a entraîné la fermeture durant plus de six heures d’une des trois voies ferrées menant à la gare Centrale de Montréal.

BRUNO BISSON et ANDRÉ DUBUC BRUNO BISSON et ANDRÉ DUBUC
La Presse

Selon le porte-parole du Bureau de projet du REM, Jean-Vincent Lacroix, «il y a eu un affaissement sous une des voies ferrées vers la fin d’après-midi, juste au sud du canal de Lachine. Rapidement, les équipes du CN ont redirigé les trains vers les deux autres voies. La circulation a été rétablie complètement sur cette voie vers 1h », jeudi matin.

Au moment de l’incident, des spécialistes procédaient à l’installation de pieux-caissons par un procédé de vibrofonçage à proximité de l’intersection des rues Saint-Patrick/Wellington, dans l’arrondissement du Sud-Ouest. Ce procédé consiste à produire de puissantes vibrations dans le sol afin d’y faciliter l’enfoncement d’éléments de structures, dont des pieux. Ces pieux seront nécessaires à la construction de piliers de la future structure ferroviaire qui permettra au REM d’enjamber le canal de Lachine et de se rendre jusqu’à la gare Centrale de Montréal.

OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Plusieurs chantiers simultanés liés au futur REM sont en cours autour du canal de Lachine, et les travaux se sont poursuivis. Par contre, l’enfoncement des pieux par vibrofonçage a été interrompu, «le temps d’analyser ce qui s’est exactement passé. Le chantier reprendra quand on aura compris ce qui s’est passé, et la méthode de travail sera adaptée, si nécessaire, pour éviter que ça se reproduise».

M. Lacroix a précisé qu’avant même le début des travaux, il était prévu que les travaux par vibrofonçage soient toujours effectués sous la surveillance d’équipes du CN lorsqu’il sont réalisés près d’un chemin de fer, afin de vérifier le comportement des remblais, sous les voies. La présence de ces équipes sur place «a permis de détecter rapidement l’affaissement de sol, de faire arrêter les travaux, et de rediriger le trafic sur les voies disponibles», sans impacts majeurs sur les trains de passagers.

On rapportait tout de même jeudi, en fin de journée, «des légers retards» sur les départs de la ligne de train de banlieue de Mont-Saint-Hilaire en direction de la Rive-Sud. Au réseau exo, responsable du réseau de trains de banlieue, on a indiqué qu’«une restriction de vitesse est présentement en vigueur dans ce secteur par mesure de précaution normale à la suite de travaux de nature ferroviaire. Cette restriction de vitesse devrait être levée très prochainement.»

Quant aux retards observés sur la ligne de Mont-Saint-Hilaire, mercredi soir et jeudi, «ils n’étaient pas en lien avec cette restriction de vitesse», a affirmé exo.