Même si la valeur des propriétés de l’île de Montréal augmente en moyenne de 13,7 % avec l’entrée en vigueur du prochain rôle municipal qui couvre les années 2020-2021-2022, la hausse moyenne des taxes sera limitée à 2 % pour le secteur résidentiel l’an prochain, assure l’équipe de la mairesse de Montréal Valérie Plante.

André Dubuc André Dubuc
La Presse

La hausse moyenne des taxes pour le secteur non résidentiel sera plus faible encore, à 1,5 %, a indiqué en conférence de presse le président du comité exécutif Benoît Dorais. « Il est important de spécifier qu’il est question ici de ce que la ville centre contrôle et que cela ne peut tenir compte des variations dans les arrondissements et les villes liées », a-t-il précisé.

La valeur des propriétés résidentielles grimpe de 15 % et le non résidentiel de 9,8 %. Résidentiel et non résidentiel confondus, la variation moyenne de la valeur des immeubles inscrits au rôle s’élève à 13,7 %. C’est beaucoup plus que la variation observée au dépôt du rôle de 2017, qui était de 5,9 %.

Évidemment, le propriétaire dont la valeur de sa maison a augmenté plus fortement que la moyenne subira une hausse de son fardeau fiscal supérieur à 2 %. L’inverse se produira pour le propriétaire qui voit la valeur de son immeuble s’apprécier moins vite que la moyenne.

Par catégorie d’immeubles, les maisons unifamiliales progressent de 16,7 %. Pour les condos, c’est 8,7 % et les plexis, les unités comptant de 2 à 5 logements, à 13,9 %.

Au plan géographique, les villes de Mont-Royal Beaconsfield, Hampstead, Westmount et Kirkland connaissent les plus fortes hausses, de 20 à 28 %. Les hausses les plus faibles sont observées dans l’est de l’île.

La valeur moyenne d’une maison sur l’île s’élève maintenant à 600 900 $. Le condo moyen vaut maintenant 365 000 $.