Le projet de la mairesse Valérie Plante de créer un immense parc de 30 km carrés dans l’ouest de l’île franchit une nouvelle étape. Le gouvernement fédéral a annoncé son intention d’injecter 50 millions de dollars dans sa réalisation.

Suzanne Colpron Suzanne Colpron
La Presse

Le premier ministre Justin Trudeau a profité de son passage à Montréal, pour en faire l’annonce à l’hôtel de Ville, mercredi après-midi, en présence de Mme Plante, tout sourire.  

Selon les plans dévoilés par la Ville de Montréal, le 8 août, ce parc 8 fois plus grand que le Central Park, à New York, et 15 fois plus grand que le parc du Mont-Royal.  

Il va notamment englober les parcs-nature de l’Anse-à-l’Orme, du Bois-de-L’île-Bizard, du Cap-Saint-Jacques et des Rapides-du-Cheval-Blanc, et le parc agricole du Bois-de-la-Roche.  

Plusieurs terrains sont déjà protégés, tandis que d’autres feront l’objet de négociations avec des propriétaires et des promoteurs immobiliers. Il pourrait y avoir des expropriations, au besoin.

Les promoteurs du projet Cap-Nature qui prévoyaient construire 5500 logements sur ce territoire menacent de poursuivre la Ville.  La mairesse n’a toutefois pas l’intention de reculer.  

Des consultations publiques auront lieu cet automne pour sonder les besoins et les attentes des citoyens. La réalisation de ce grand parc pourrait s’échelonner sur une période de 10 ans à partir de 2021.