Montréal est de loin la ville canadienne qui réprimande le plus les cyclistes : le nombre de contraventions distribuées aux utilisateurs de vélos par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) en 2018 est 42 fois plus élevé qu’à Toronto, par exemple.

Mayssa Ferah
La Presse

Le SPVM a donné 12 285 contraventions à des cyclistes en 2018, lit-on dans le rapport annuel du corps policier. La Ville de Toronto en a distribué 292 la même année, indiquent des chiffres publiés hier par le quotidien Toronto Sun.

C’est beaucoup, considère Suzanne Lareau, présidente et directrice générale de Vélo Québec. Le SPVM, lui, justifie ce zèle par l’objectif d’amélioration de la sécurité des cyclistes.

Suzanne Lareau juge que la métropole est très stricte envers les utilisateurs de vélos. Certaines contraventions sont justifiées, selon elle : « Brûler un feu rouge, zigzaguer à grande vitesse, c’est inacceptable de la part d’un cycliste. » Mais d’autres le sont moins, comme une contravention pour un réflecteur manquant sur le vélo.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Suzanne Lareau, présidente et directrice générale de Vélo Québec

« Je ne suis pas contre les contraventions. Je souhaite qu’elles soient émises pour des comportements réellement dangereux. »

Suzanne Lareau, présidente et directrice générale de Vélo Québec

Elle rappelle que Montréal est la ville comptant le plus de cyclistes au pays. Malgré tout, la proportion de contraventions reste élevée.

Les policiers appliquent le Code de la sécurité routière, qui doit s’assouplir pour s’adapter à la réalité des pédaleurs, selon Mme Lareau. Pour la présidente de Vélo Québec, le panneau d’arrêt devrait être traité comme un « cédez le passage » pour les cyclistes. Les lois ne prennent pas en compte la différence entre les véhicules, insiste Mme Lareau. « Plus on multiplie les stops pour les cyclistes, plus ils vont les banaliser et écoper de contraventions. »

Elle pense que les contraventions données pour des réflecteurs et les opérations ciblées à proximité de pistes cyclables, qui visent de façon précise les gens à vélo, ne sont pas les meilleures solutions pour protéger les usagers des dangers de la route. « Il faut cibler les comportements dangereux, peu importe le véhicule. Pas les cyclistes », juge-t-elle.

Pour la sécurité des cyclistes, plaide le SPVM

Le SPVM vise les groupes les plus vulnérables aux accidents de la route, dont font partie les cyclistes, affirme Samaki-Eric Soumpholphakdy, chef de la Section de la sécurité routière au service de police.

Les opérations policières ciblées sur les comportements des adeptes du cyclisme font partie de la stratégie visant à réduire les accidents mortels et graves impliquant des cyclistes.

Brûler un feu rouge, ignorer un arrêt, ne pas se conformer à la signalisation ainsi que porter des écouteurs constituent les principales infractions répertoriées. Ces comportements, parfois causés par l’inattention du cycliste, mettent sa sécurité en péril, selon M. Soumpholphakdy.

Le SPVM cible les gestes qui rendent les cyclistes vulnérables, dit M. Soumpholphakdy. Il admet que la sécurité routière est une responsabilité partagée avec les automobilistes, qui sont tout autant visés par des contraventions.

« On n’a pas de quotas. On applique une stratégie large de prévention, d’opérations policières et de travail avec la Ville pour que Montréal reste un endroit sécuritaire pour les vélos », ajoute-t-il.

Chaque poste de police de quartier a un comité qui détermine les endroits accidentogènes. On indique une baisse des accidents mortels impliquant des cyclistes depuis 2017. Il y a également une diminution des accrochages qui font des blessés graves ou légers depuis les quatre dernières années.

Nombre de contraventions en 2018, selon les villes canadiennes

Montréal : 12 285 Calgary : 399 Vancouver : 380 Toronto : 292 Ottawa : 180 Winnipeg : 114 Edmonton : 113 Source : données recueillies par le Toronto Sun

Accidents mortels de vélo à Montréal

2017 : 4 2018 : 3 2019 : 0 Source : SPVM

Vélos électriques : 75 constats d’infraction

Malgré plusieurs cas d’infraction constatés, la Ville n’a pas donné d’amende contre les vélos électriques Jump en libre-service, apparus cet été à Montréal. Mais selon les plus récents chiffres du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), 75 constats d’infraction ont été remis à des utilisateurs de vélos à assistance électrique, du 26 juin au 30 juillet. L’article 492.2 du Code de la sécurité routière stipule que le conducteur de vélo électrique doit être âgé d’au moins 18 ans ou être titulaire d’un permis de classe 6D, qu’il doit porter un casque et que la bicyclette doit être conforme aux normes prévues par le règlement : guidon, pédales, moteur, etc. « Il n’est toutefois pas possible de préciser si ces contraventions ont été remises à des cyclistes utilisant un vélo personnel ou celui d’un service comme Jump », indique le SPVM. — Suzanne Colpron, La Presse

1 million

Il y a un million de cyclistes à Montréal et 66 % d’entre eux utilisent leur vélo chaque semaine.

128 $

L’amende minimale pour une infraction à vélo est de 80 $, auxquels on additionne des frais de 48 $, pour un montant qui s’élève à 128 $. Il n’y a pas de gradation selon l’infraction commise par le cycliste.