Shengnan Li a emprunté les chemins les moins fréquentés pour devenir opératrice de machinerie lourde. À son arrivée au Québec, il y a un peu plus d’une dizaine d’années, elle avait pourtant l’intention de terminer des études… en gestion !

Marie-Eve Morasse Marie-Eve Morasse
La Presse

« C’est vraiment facile à opérer ! Assis-toi, tu vas voir le feeling que ça fait ! » Shengnan Li fait visiter la petite cabine du très gros camion qu’elle conduit avec un enthousiasme certain. Quand juste y monter est un défi, il faut un bon effort d’imagination pour envisager que c’est « facile » de travailler avec une telle machine.

La femme de 35 ans débarque à Chicoutimi en 2007 « avec deux valises », un diplôme en informatique obtenu en Chine et la ferme intention d’apprendre le français. Loin de sa ville natale de Tianjin, qui compte 15 millions d’habitants, elle entreprend une maîtrise en gestion des organisations à l’Université du Québec à Chicoutimi.

Peu avant la fin du programme, elle se rend compte qu’elle trouve ça « un peu plate ».

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Shengnan Li

Je suis une fille d’action, j’aime bouger et voir le résultat tout de suite. Mon père est ingénieur et travaille comme inspecteur de chantiers à Pékin. J’ai toujours vu un peu de chantiers, mais je n’avais jamais pensé travailler en construction.

Shengnan Li

Elle remplit un questionnaire sur le site internet d’Emploi Québec, qui lui retourne un résultat en échange : opératrice de machinerie lourde.

« Je me suis informée, j’ai vérifié c’est quoi le salaire, c’est quoi la construction au Canada, et je me suis dit que c’était peut-être une occasion de changer de domaine », dit Shengnan Li.

Un diplôme d’études professionnelles plus tard, elle entreprend sa nouvelle carrière en travaillant un an à la Romaine.

« Les opérateurs là-bas ont tellement d’expérience, j’ai appris beaucoup de choses avec eux, tout le monde m’a aidée. Ma première année en construction a été extraordinaire », dit Shengnan Li.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Shengnan Li

Une « denrée rare »

Depuis quatre ans, elle travaille au chantier de l’échangeur Turcot pour le compte de Kiewit. Sur les 400 travailleurs de métier qu’emploie l’entreprise pour ce chantier, 17 sont des femmes. C’est plus que la moyenne québécoise dans l’industrie, où on trouve 2,1 % de femmes actives.

« Dès le début du projet, le directeur a eu le mandat de trouver le plus de femmes possible pour le chantier. On croit profondément que la diversité, c’est bon dans le domaine », dit Olivier Beaulieu, directeur de projet chez Kiewit. Il ajoute que des études américaines ont en outre démontré que lorsque l’équipement est manœuvré par des femmes, le coût de maintenance est moindre. 

Les femmes sont moins brusques, elles en prennent plus soin [de l’équipement], prennent le temps de passer les vitesses, de freiner et de repartir.

Olivier Beaulieu, directeur de projet chez Kiewit

Il y a chez certains entrepreneurs une réelle volonté d’embaucher des femmes, observe la directrice générale de l’organisme Les Elles de la construction, Chloé Daneau, qui vise à faire la promotion des femmes dans ce secteur.

« Il y a une vague d’entrepreneurs qui veulent engager des femmes, on a des demandes à cet effet, dit Mme Daneau. C’est à la fois dû à la pénurie de main-d’œuvre, mais aussi au fait que lorsque les employeurs ont eu une femme sur le chantier, ils apprécient le travail qui est effectué. Les entrepreneurs nous disent que les femmes sont plus minutieuses. »

Il reste que Shengnan Li est une « denrée rare », nous dit-on à la Commission de la construction du Québec (CCQ). On dénombre actuellement 3520 femmes dans les métiers de la construction. « On les compte une par une », dit la porte-parole de la CCQ, Mélanie Malenfant.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Shengnan Li

Un métier « extraordinaire »

Les femmes représentent 1 % des conducteurs d’équipement lourd. Elles sont 68 dans la province.

« Au Québec, il n’y a pas beaucoup de femmes dans la construction, mais en Chine, il y en a encore moins », observe Shengnan Li. « Passez le message à toutes les femmes : moi, je trouve que c’est extraordinaire », dit-elle.

De toutes les machines qu’elle conduit, c’est le bulldozer qui gagne sa faveur. « Ça produit beaucoup, ça pousse, ça fait la finition, on peut faire plein de travaux avec », dit-elle.

Sa mère, qui manifestait son inquiétude il y a quelques années, s’est rangée derrière le choix de carrière de sa fille. Et dans peu de temps, Shengnan Li pourra dire à sa propre fille qu’elle a contribué à construire le nouvel échangeur Turcot.

En attendant, la petite est une des rares Montréalaises à s’enthousiasmer à la vue d’un chantier de construction.

« Chaque fois qu’elle passe dans un chantier, n’importe lequel à Montréal, ma fille dit : “Ah, de la machinerie lourde, maman travaille ici !” Je lui dis : “Non, je travaille à l’échangeur Turcot” », dit Shengnan Li en riant.