Chaleur et soleil étaient au rendez-vous hier dans le sud du Québec. Des Montréalais ont profité des espaces verts, des jeux d’eau et de la plage pour se rafraîchir. La province n’était toutefois pas le seul endroit où le mercure et l’humidité ont poussé les habitants à chercher les zones plus fraîches : ailleurs au Canada comme dans le nord-est des États-Unis, une masse d’air chaud a poussé les températures à la hausse.

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

Foule à la plage

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Des Montréalais ont profité des espaces verts, des jeux d’eau et de la plage pour se rafraîchir, hier.

Marie Meunier profitait du beau temps, hier, pour se rafraîchir à la plage de Verdun. « Je plains ceux qui ne sont pas proches d’un point d’eau aujourd’hui ! », a lancé la jeune femme de 29 ans, qui a toujours habité dans les environs. « Le seul bémol, c’est l’absence de toilettes », a pour sa part remarqué Tina Shah, mère de deux enfants de 5 et 7 ans. Si elle se rendait à la plage de Verdun pour la première fois, ses enfants en ont déjà profité avec leur grand-mère maternelle. Tiago Pereira aussi visitait cet endroit pour la première fois. Ses fils Marcelo, 4 ans, et Luiz, 9 ans, s’amusaient ferme à creuser de petits tunnels dans le sable. M. Pereira, étudiant originaire du Brésil, s’ennuie des plages de son pays et se réjouit d’en avoir trouvé une dans sa nouvelle ville — même si la superficie n’a rien à voir avec les étendues de sable brésiliennes. La chaleur, aussi, est différente. « Au Brésil, nous avons la brise de l’océan. Même s’il fait chaud, c’est moins pénible », a-t-il remarqué.

Les pieds dans l’eau à Hochelaga

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

La petite Flavie, 11 mois, était tout sourire hier, assise par terre dans un chemin d’eau du parc Morgan.

La petite Flavie, 11 mois, était tout sourire, assise par terre dans un chemin d’eau du parc Morgan. « Elle adore ça », a dit sa mère, Marie-Hélène Marchand. Résidante d’Hochelaga-Maisonneuve, la femme de 39 ans se rend environ tous les deux jours dans ce parc où plusieurs jeux d’eau permettent de se rafraîchir. Elle rencontre souvent d’autres mamans en congé de maternité, donnant l’occasion à sa fille de socialiser avec d’autres bambins. L’un d’eux, Elliott, semblait lui aussi apprécier la fraîcheur de l’eau sous ses pieds. C’est la première fois que ses parents l’amenaient dans ce parc, où ils retrouvaient des amis. La chaleur ne faisait pas trop peur à la mère d’Elliott, né en pleine canicule l’an dernier. « On a l’air conditionné à la maison, on est chanceux », a dit Judith Jodoin. Elle profitait des dernières semaines de son congé de maternité. « On a l’intention de revenir », a-t-elle ajouté.

Sport et lecture au parc Jarry

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

La chaleur n’allait pas arrêter les joueurs de cricket de Pak-Can au parc Jarry, hier.

La chaleur n’allait pas arrêter les joueurs de cricket de Pak-Can au parc Jarry, hier. « C’est plus humide en Inde, il fait plus de 40 °C et on joue quand même », a souligné Younis Ahmed. Son coéquipier Jass Singh, lui aussi originaire de l’Inde, a opiné. « Il faut juste boire beaucoup d’eau », a-t-il précisé. À l’ombre d’un arbre, Denis Derop, lui, profitait du beau temps pour lire un roman à l’extérieur. Barbecue, pique-nique, fontaine : l’endroit lui rappelle les vacances. Loin de lui l’idée de se plaindre du temps chaud. « Je trouve même qu’on n’est pas assez gâtés, cette année. On a du beau temps pendant un court laps de temps, et après ça, on a de la pluie », a lancé l’homme de 63 ans. Benji, un lévrier de 2 ans, tentait lui aussi de s’adapter à la chaleur, en buvant de grandes lampées d’eau. « On essaie de rester à l’ombre », a précisé sa maîtresse, Tiffany Le, sous un arbre où elle avait installé un coussin pour son chien.

Un temps parfois difficile

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Un cycliste se repose sur un banc du parc Jarry. 

Le beau temps fait le bonheur des vacanciers, mais pour les personnes plus vulnérables, il peut devenir dangereux. « L’itinérance ne prend pas de vacances », a rappelé Melissa Bellerose, directrice des communications de la Mission Old Brewery. Une équipe spécialisée de l’organisme s’assure de faire le suivi auprès de sans-abri en situation chronique, plus intensif lorsque les températures deviennent extrêmes. En temps de grande chaleur, il est recommandé de passer du temps dans un endroit frais. « Ce sont des gens qui ne sont pas toujours bienvenus dans les espaces publics. On a lancé un appel sur nos réseaux sociaux pour inciter les gens à être plus tolérants », a dit Mme Bellerose. À la Ville de Montréal, aucune mesure particulière n’a été mise en place, puisque la chaleur accablante ne devait durer qu’une journée. Le plan particulier d’intervention chaleur extrême a été créé en 2003 — lorsqu’il est activé, les heures des piscines peuvent être prolongées et des haltes climatisées peuvent être ouvertes, notamment.

Le sud du Québec touché

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Une femme rafraîchit son chien au parc Jarry.

Hier, vers 16 h, le mercure indiquait 33 °C à Montréal. Avec l’humidité, la température ressentie s’élevait à 43. Environnement Canada a publié un avertissement de chaleur dans plusieurs villes du Québec, annonçant qu’une « masse d’air chaud et humide affecte le sud du Québec ». Les régions touchées s’étendaient de Gatineau à la Beauce et à Québec, en passant Montréal et les environs, les Laurentides, Lanaudière, la Mauricie et l’Estrie. La chaleur et l’humidité devraient rester accablantes jusqu’à aujourd’hui et redescendre demain, pour devenir plus conformes aux normales saisonnières. Des avertissements d’orages violents étaient aussi en vigueur, notamment dans les régions de Gatineau, les Laurentides, Lanaudière, le Grand Montréal, Vaudreuil-Soulanges et la vallée du Richelieu.

Une vague de chaleur

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Un bambin joue dans les jeux d’eau du parc Morgan.

Les Québécois n’étaient pas les seuls à profiter — ou souffrir — d’une chaleur exceptionnelle. Aux États-Unis, la vague de chaleur a déjà causé la mort de trois personnes. Deux des trois victimes sont mortes ce week-end dans l’État du Maryland, près de Washington, alors que la température n’avait pas encore atteint son maximum. En Arkansas, Mitch Petrus, ancien joueur de football américain de la NFL, a succombé à une attaque due à la chaleur jeudi à 32 ans alors qu’il travaillait à l’extérieur du magasin familial, selon le médecin légiste du comté de Pulaski. La Ville de New York a ouvert 500 centres pour permettre aux gens de se rafraîchir. Le triathlon de la métropole, qui devait avoir lieu aujourd’hui, a aussi été annulé en raison de « niveaux d’humidité et de température devant atteindre des niveaux extrêmes ». Comme à Montréal, les températures ressenties devaient frôler 45 dans certaines villes du Nord-Est américain. Le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse ont aussi connu des températures plus élevées que la normale au cours de la fin de semaine. Le sud de l’Ontario a vécu hier un temps semblable à celui du Québec, avec un retour prévu à la baisse aujourd’hui. Même les Territoires du Nord-Ouest n’ont pas échappé à la chaleur : une « masse d’air très chaud » doit persister dans le sud de la région jusqu’au milieu de la semaine. Hier, des températures de 30 °C étaient prévues.

— Avec l’Agence France-Presse