Source ID:692513ac888832c9a9be091b247f9d82; App Source:StoryBuilder

Les concerts au Parc olympique dérangent, dénoncent des résidants de Rosemont

Le festival Metro Metro a eu lieu les 18 et... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le festival Metro Metro a eu lieu les 18 et 19 mai derniers sur l'Esplanade du Parc olympique, à Montréal.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Les évènements festifs se succèdent sur l'Esplanade du Parc olympique depuis le début du printemps, mais quelques centaines d'habitants des alentours ne trouvent pas la situation de tout repos.

« Depuis le 18 mai, il y a des concerts toutes les fins de semaine qui font énormément de bruit. Si on ajoute à cela les travaux dans Pie-IX, ça commence à faire beaucoup de dérangement », se plaint Frédéric Rivest-Roy, porte-parole de la Coalition antibruit Rosemont, qui a lancé une pétition ayant recueilli près de 200 noms pour dénoncer la situation.

Le grand espace adjacent au Stade olympique est en effet bien occupé depuis le mois de mai. Il y a d'abord eu, les 18 et 19 mai, le festival Metro Metro, consacré à la musique rap. Ensuite, l'évènement Oasis Montréal, consacré à la musique techno, s'est emparé du lieu le 24 mai pour quatre fins de semaine consécutives, avec des concerts du vendredi au dimanche, de 14 h à 22 h. L'évènement prend fin aujourd'hui.

Le problème pour ces résidants de Rosemont-La-Petite-Patrie, arrondissement vers lequel sont tournés les haut-parleurs, c'est que l'Esplanade du Stade olympique se trouve dans l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. Mais, officiellement, l'endroit est plutôt sous la responsabilité de la Régie des installations olympiques (RIO), qui relève du gouvernement du Québec.

M. Rivest-Roy déplore « le manque d'écoute » pour régler le problème. « La Ville et l'arrondissement [Rosemont-La-Petite-Patrie] ne semblent pas très enclins à régler le problème, soutient-il. On doit apprendre à avoir une gestion commune des espaces en tenant compte des intérêts de chacun. Les décisions doivent être prises dans l'intérêt de tous. Pour le moment, ils [les organisateurs] engrangent les profits, et nous ramassons les déchets. »

200 plaintes

C'est le promoteur et propriétaire du bar le Beach Club, Olivier Primeau, qui est derrière ces deux évènements de musique urbaine. La Presse s'est rendue hier soir sur les lieux des concerts, mais le porte-parole de l'entreprise, Nicolas Archambault, a refusé de commenter la situation, nous dirigeant plutôt vers la RIO, qui s'occupe des plaintes à ce sujet. M. Archambault a aussi refusé de dire si l'entreprise s'imposait une limite maximale de décibels.

De son côté, la RIO a confirmé à La Presse plus tôt cette semaine qu'elle avait reçu près de 200 plaintes au sujet de ces deux évènements musicaux.

« Nous nous sommes imposé nous-mêmes des normes en nous fondant sur ce qui se fait ailleurs à Montréal. Nous ne dépassons jamais la marque de 95 décibels à la source, alors que la réglementation parle de 98 décibels », a affirmé son porte-parole, Cédric Essiminy.

« Nous avons déjà trouvé des améliorations simples que nous pourrons mettre en place à l'avenir. Nous avons géolocalisé les plaintes sur une carte pour repérer les endroits plus sensibles [au bruit]. Bien entendu, les commentaires des résidants sont tous pris en compte et sont transmis au promoteur de l'évènement », conclut M. Essiminy.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer