Source ID:a4f6514b3f613d61ae0ba4467545d256; App Source:StoryBuilder
Exclusif

Punaises de lit

Punaises de lit: infestations extrêmes

Katia Gagnon
La Presse

La saison des déménagements qui s'ouvre est également celle... des punaises de lit. Les chiffres officiels indiquent que le problème est stable à Montréal, mais les cas d'infestations majeures se multiplient, témoignent des exterminateurs. Des locataires vivent depuis des années avec des milliers d'insectes et contaminent tout le monde autour d'eux. Entrons ensemble dans un de ces immeubles où propriétaires et locataires sont plongés en plein cauchemar.

« Il va finir par contaminer toute la rue ! »

Ryadh Zouaidia enfile une paire de gants de latex. Il écarte les plis du coussin bleu de la berceuse. Elles sont là, bien visibles. La grappe de punaises grouillantes qui s'accrochent aux fibres du tissu montre l'ampleur de l'infestation des insectes dans ce logement du quartier Saint-Michel.

La saison des déménagements qui s'ouvre est... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

« Quand on en voit sur les murs et sur les meubles, c'est que l'infestation est extrême, explique l'exterminateur. Des cas comme ça, on en voit tous les mois. »

Ce matin, M. Zouaidia pourra enfin procéder à un traitement d'extermination dans le logement d'un locataire. L'homme est absent. Comme toujours, quand il a vu arriver les intervenants venus l'aider à préparer son logement pour le traitement, il s'est sauvé par l'arrière de l'immeuble. C'est la troisième fois qu'ils viennent sur place. Chaque fois, le locataire leur a fait faux bond, et ils ont dû repartir bredouilles. La première visite a eu lieu à la mi-avril.

« On l'a vu sur son balcon ce matin. Il a donné son accord verbal pour qu'on prépare le logement pour l'extermination », dit l'inspecteur municipal, qui accompagne le personnel mandaté par l'Office municipal d'habitation de Montréal. Le propriétaire de l'immeuble, Roger Landry, leur ouvre donc la porte.

La saison des déménagements qui s'ouvre est... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Les gens qui y pénètrent ont revêtu des combinaisons et des chaussons jetables par-dessus leurs vêtements. « En situation d'insalubrité, on met toujours ça », explique Mélanie L'Archevêque.

Un locataire négligent et obstiné

L'histoire de ce petit logement, c'est celle d'un locataire négligent et obstiné, qui refuse depuis trois mois de préparer adéquatement son appartement pour un traitement d'extermination. Et qui cause beaucoup, beaucoup de dégâts. Nous avons tenté de lui parler à maintes reprises. Il n'a jamais ouvert la porte ou décroché le téléphone.

« Parce qu'il ne veut pas collaborer, il empêche une petite famille de vivre, il y a des enfants qui ne voient pas leur père, il y a deux logements contaminés, ç'a mis beaucoup de gens dans la merde... Tout ça parce qu'il ne veut pas nettoyer ! »

- Roger Landry, propriétaire de l'immeuble

La saison des déménagements qui s'ouvre est... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 4.0

Agrandir

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

C'est un fait : la mauvaise volonté de ce locataire a pourri la vie des habitants de deux immeubles, qui essaient depuis près de trois mois maintenant d'en finir avec les punaises. C'est que l'infestation dans son logement est si importante que l'appartement situé de l'autre côté du mur mitoyen en béton, dans le triplex voisin, a été contaminé par les punaises. C'est en passant par la trappe de la baignoire, où se trouve la valve d'eau de l'appartement, que les insectes ont pu pénétrer dans l'immeuble voisin.

« Ce n'est pas la première fois que j'entends parler d'une situation semblable », dit Hans Brouillette, porte-parole de la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec. « Les punaises sont un problème de santé publique, pas un problème de logement. Elles ne sont pas que dans le locatif, mais aussi dans les salles d'attente, les transports en commun, les sièges de cinéma. »

La locataire contaminée, dans l'immeuble voisin, a subi quatre exterminations. Toujours, les insectes sont revenus. Elle a tenté d'étanchéifier son logement, en vain. C'est que la punaise se glisse dans la moindre fente de quelques millimètres. Elle peut vivre des semaines sans nourriture. Et se reproduit à une vitesse folle.

La saison des déménagements qui s'ouvre est... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 5.0

Agrandir

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Cette locataire nous a demandé de ne pas dévoiler son nom. Elle est enseignante et craint que la présence de punaises chez elle ne fasse réagir parents et collègues. « Tous les matins, je passe mes vêtements à la machine à vapeur pour m'assurer que je n'en transporte pas dans ma classe », dit-elle.

La jeune femme a du mal à parler de la situation sans devenir émotive : elle vit un cauchemar depuis trois mois. « Il a fallu tout vider. J'ai fait 10 sacs de vêtements, rideaux, literie pour la laveuse-sécheuse et 16 sacs de matériel à congeler. On pensait en avoir fini avec tout ça. Et vendredi dernier, la petite s'est encore fait piquer. » La petite, c'est la fille de son conjoint, qui a deux enfants en garde partagée. Évidemment, la mère ne veut plus que ses enfants aillent chez leur père... parce qu'elle craint d'être elle-même contaminée.

« Ç'a été extrêmement difficile. Les enfants ne comprennent pas pourquoi ils ne peuvent plus aller chez leur père. »

- Une locataire contaminée dans l'immeuble voisin

« Je trouve aberrant qu'un monsieur de 80 ans qui a besoin d'aide puisse causer tout ça. C'est aberrant. Il va finir par contaminer toute la rue ! » Les punaises ont en effet migré chez elle, mais également chez la voisine de palier du locataire fautif.

La saison des déménagements qui s'ouvre est... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 6.0

Agrandir

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Les propriétaires impuissants

« Je ne dors plus, je ne mange plus... Il a quasiment le pouvoir de faire annuler la vente de notre maison », dit France Landry, conjointe de Roger Landry, tous deux propriétaires de l'immeuble depuis 40 ans. Le couple a en effet vendu le triplex. La vente est conclue, mais l'acte officiel, pas encore signé. En attendant, ils ont placé tous leurs effets à déménager dans des sacs... de peur de transporter des punaises avec eux.

Roger Landry, propriétaire de l'immeuble... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE) - image 7.0

Agrandir

Roger Landry, propriétaire de l'immeuble

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

« Je paye mes taxes, je paye mon hypothèque... mais on dirait que la maison appartient à mon locataire », s'insurge Mme Landry. Les propriétaires se sentent complètement impuissants. Ils ont entamé une procédure d'éviction à la Régie du logement, mais elle peut prendre des mois à se régler.

En quelques heures à peine, tout ce qui était « traitable » dans le logement du locataire a été aspergé avec des produits chimiques ou de la vapeur brûlante. Et la totalité de ses biens s'est retrouvée dans des sacs ou des bacs hermétiques, et le tout s'est retrouvé dans l'immense remorque réfrigérée de l'entreprise Extermination Gagné, dans laquelle il est possible de caser les meubles de deux appartements de cinq pièces.

La saison des déménagements qui s'ouvre est... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 8.0

Agrandir

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

« On a fait plusieurs tests pour trouver la durée létale, explique Ryadh Zouaida. Après quatre jours à - 19 oC, les punaises sont mortes. Donc, on les met cinq jours à - 27. Une fois qu'on a zéro présence, on redonne les effets au locataire. »

L'épidémie silencieuse

Autour de 3 % des Montréalais, soit environ 17 000 ménages,... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 9.0

Agrandir

Autour de 3 % des Montréalais, soit environ 17 000 ménages, déclarent avoir eu des problèmes de punaises au cours des 12 derniers mois.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Depuis des années, les chiffres de la direction de la santé publique de Montréal (DSP) sont à peu près les mêmes : autour de 3 % des Montréalais, soit environ 17 000 ménages, déclarent avoir eu des problèmes de punaises au cours des 12 derniers mois. Mais ces chiffres, en apparence stables, cachent de plus en plus de cas d'infestations majeures, croit Harold Leavy, président d'Extermination Maheu.

Récemment, M. Leavy est intervenu dans un logement où il a compté environ 20 000 punaises. « Il y en avait jusque dans le jambon dans le réfrigérateur ! » De tels cas d'infestation majeure, il en voit de plus en plus souvent. Le locataire en question avait infesté les 14 logements environnants. « Il y avait des punaises même dans les tuyaux. » Il a fallu neuf interventions d'extermination dans cet appartement avant de venir à bout des insectes. Dans un autre cas, une dame avait pas moins d'un millier de punaises dans la chaise où elle avait l'habitude de s'asseoir. « Elle se faisait littéralement dévorer. »

« Certains locataires vivent depuis des années avec des milliers d'insectes. Ils ont essayé toutes sortes de produits plus ou moins efficaces pour s'en débarrasser. Les punaises se sont enfoncées profondément dans les murs. Et elles deviennent très difficiles à chasser », explique-t-il.

« On nous appelle quand les gens sont désespérés. Les cas sont plus difficiles à régler. »

- Harold Leavy, président d'Extermination Maheu

Montréal tient depuis plusieurs années un registre officiel des punaises de lit, où les locataires et les propriétaires doivent signaler qu'ils ont connu ce type de problème. Une carte a même été produite, sans les adresses, mais avec une location assez précise pour alerter d'éventuels locataires. « La Ville pensait que la carte allait mettre de la pression sur les propriétaires, mais ça ne règle rien. Savoir qu'en 2017 il y a eu un événement de punaises dans un immeuble, ça donne quoi ? », estime Hans Brouillette, de la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ).

La pointe de l'iceberg

Le règlement municipal prévoit qu'un locataire qui a des punaises doit prévenir son propriétaire. C'est à ce dernier qu'il incombe de régler le problème, pour lequel il doit faire appel à l'un des exterminateurs certifiés. « Ça ne se passe pas comme ça du tout ! », s'insurge M. Leavy. « Les punaises, c'est comme un iceberg : tout ce qu'on voit, ce sont les cas où les gens se plaignent. La partie immergée, c'est ceux qui ne disent rien. Le registre sert plus à dire que le problème ne bouge pas qu'à réellement régler le problème. »

La sous-déclaration peut effectivement être un problème, convient Mélanie Tailhandier, hygiéniste de l'environnement à la DSP. « Il y a un phénomène de honte de vivre une infestation à son domicile. Mais plus on attend, plus ça prend de l'ampleur. On essaie de contrer le phénomène en faisant de la sensibilisation. »

La punaise, cette ennemie

Elle ne mesure que cinq millimètres. Elle peut passer un an sans nourriture et survit temporairement aux froids et aux chaleurs extrêmes. Elle copule de 30 à 150 fois par jour : le pénis du mâle est en fait un dard qui peut percer la carapace de la femelle en n'importe quel point. Une femelle peut pondre de 200 à 500 oeufs au cours de sa vie. Les punaises se nourrissent de sang humain et prolifèrent dans des milieux chauds et humides. Elles sont petites, mais mangent comme des ogres : en une seule nuit, elles peuvent piquer plus de 90 fois.

Comment les éviter lors d'un déménagement

1. N'hésitez pas à passer l'aspirateur dans le camion de déménagement.

2. Ne ramassez jamais de meubles laissés dans la rue.

3. Ne laissez jamais les enfants jouer sur des meubles abandonnés.

4. Scellez avec soin vos boîtes de carton à l'aide de ruban adhésif.

5. Placez tous vos vêtements dans des sacs de plastique.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer