Un petit voyage de quatre stations sur la ligne orange, en période de pointe ce matin, n’a pas convaincu le ministre des Transports, François Bonnardel, de la pertinence de construire la « ligne rose » de la mairesse Valérie Plante afin de réduire la pression sur le tronçon le plus fréquenté du métro et soulager ses usagers des désagréments de la « classe sardine ».

Bruno Bisson Bruno Bisson
La Presse

« Je connaissais déjà la situation, je sais jusqu’à quel point le métro est très populaire à Montréal, a dit le ministre à sa sortie de la station Champ-de-Mars du métro, juste derrière l’hôtel de ville de Montréal. Je vois et je lis comme tout le monde sur la situation, et je pense que la Société de transport de Montréal (STM) a pris les mesures pour être capable de donner un peu d’oxygène à la ligne orange en augmentant la fréquence et en créant la ligne 445 », qui entrera en service à l’automne.

Accompagné de sa collègue déléguée aux Transports, Chantal Rouleau, et de Mme Plante, M. Bonnardel a rappelé que les engagements de son parti en matière de transports collectifs figurent dans le « plan de décongestion » présenté par la Coalition avenir Québec (CAQ) en campagne électorale.

Ce plan, précisons-le, exclut expressément le projet phare de l’administration Plante-Dorais, parce qu’il « n’est pas encore assez développé et présente trop d’incertitudes quant au coût pour figurer dans les priorités du gouvernement du Québec ».

Le plan de la CAQ prévoit plutôt des prolongements du Réseau express métropolitain totalisant près de 40 km. en banlieue nord et sud de Montréal, et l’aménagement d’un tramway jusque dans la pointe est de l’île de Montréal, avec une antenne nord-sud rejoignant le cégep Marie-Victorin, dans l’arrondissement de Montréal-Nord.

Le gouvernement Legault a aussi confirmé la réalisation du prolongement de la ligne bleue du métro jusqu’à Anjou dans l’est de la métropole, et d’un Service rapide par bus dans l’axe (nord-sud) du boulevard Pie-IX, deux projets initiés par le gouvernement précédent.

La ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau, a tenu à rappeler qu’en plus du plan de la CAQ, l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) est en train d’élaborer une planification stratégique pour les 30 prochaines années « qui va permettre de voir la mise en œuvre de nouvelles actions en matière de mobilité pour Montréal et la région métropolitaine ».

La mairesse de Montréal s’est dite « très heureuse » que les ministres aient répondu à son invitation, même si la cohue attendue n’était pas au rendez-vous. La fin des semestres des cégeps et universités, et le beau temps qui a amené un grand nombre d’usagers habituels à se déplacer en vélo ou à pied, faisaient en sorte que la ligne orange était beaucoup plus fluide qu’à son habitude.

« C’est important de pouvoir parler de la réalité de celles et ceux qui ont déjà fait le transfert modal vers les transports collectifs, a ajouté Mme Plante. Ce n’est pas toujours facile sur la ligne orange parce que c’est la ligne centrale, c’est le cœur du métro. L’idée reste la même : on veut plus de transports collectifs partout dans la région métropolitaine, mais il faut s’assurer que le cœur du métro, lui, reste intact, et qu’il continue à battre fort parce que c’est là que les gens se retrouvent majoritairement. »