«C’est triste comme journée», confie d’entrée de jeu le propriétaire du restaurant afghan Khyber Pass, Faruk Ramisch, dont la façade de bois sera démolie aujourd’hui mettant fin à une saga juridique de 10 ans.

Nicolas Bourcier
La Presse

10 ans plus tard, Faruk Ramisch ne comprend toujours pas en quoi sa devanture en bois de cèdre qui donne sur l’avenue Duluth dérange. «Un bureaucrate de l’équipe de [Luc] Ferrandez n’a pas aimé ma façade et c’est terminé, pour toujours. C’était ma fierté», déplore-t-il.

La façade du restaurant a été construite sans permis au printemps 2009 et ne respecte pas le règlement sur les plans d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA). Un autre plan permettant de maintenir la façade a été refusé par la Ville en octobre dernier, puisque le propriétaire n’a pas proposé de compromis architectural dans les délais prescrits.

Chaque planche de bois qui sera arrachée a d’abord, il y a dix ans, été trempée 24 heures dans l’eau et tordue pour donner cet effet qui attire les curieux et qui fait la fierté de Faruk Ramisch.

«C’est triste, c’est comme mon enfant.»

- Faruk Ramisch

Il accuse Luc Ferrandez d’avoir mis le plateau en faillite et prend les dizaines de commerces en vente dans l’arrondissement en exemple. Il dénonce le manque de flexibilité pour les commerçants qui ont pignon sur rue sur le Plateau Mont-Royal, surtout en matière de stationnement.

Il est toujours en attente d’un autre permis pour remplacer la façade par une fresque, et assure que le tout sera fait par un artiste québécois, le même qui a aussi fait la fresque à l’arrière du restaurant.