La conseillère Lynne Shand a finalement été expulsée de son parti, Équipe Anjou, à la suite de ses propos jugés islamophobes sur les réseaux sociaux. Elle siègera désormais comme indépendante.

Mis à jour le 27 mars 2019
Pierre-André Normandin LA PRESSE

L'élue angevine s'est attirée les foudres cette fin de semaine en déplorant sur les réseaux sociaux avoir été traitée par une médecin voilée. Elle y voyait un signe d'«islamisation» du Québec. Pressé par de nombreux citoyens de l'expulser de son parti, le maire d'Anjou, Luis Miranda, a rencontré sa collègue ce mercredi matin afin d'obtenir des explications sur ses propos. À l'issue de la rencontre, il a finalement annoncé son expulsion de sa formation politique.

«Suite aux propos tenus par la conseillère Shand sur les membres de la communauté musulmane, la décision d'Équipe Anjou d'exclure madame Shand est sans équivoque», indique un communiqué de presse.

Équipe Anjou est un tiers parti détenant des sièges seulement dans cet arrondissement montréalais. Plusieurs citoyens de confession musulmane ont prévenu qu'ils comptaient faire entendre leur mécontentement lors de la prochaine rencontre du conseil d'arrondissement d'Anjou, le 2 avril.

La controverse est loin d'être terminée pour Mme Shand. Elle fait désormais l'objet d'une plainte à la Commission municipale du Québec, instance traitant l'éthique des élus municipaux.