Source ID:51651488df7a31479273bcbf7f8feca0; App Source:StoryBuilder
Exclusif

Laval veut agrandir son centre-ville

Le secteur du « carré Laval », une ancienne carrière aujourd'hui utilisée comme dépôt à neige, sera revitalisé

Mille et un projets y ont été imaginés et s'y sont abîmés. C'est au tour de l'administration du maire Marc Demers de vouloir mettre en valeur le site de l'immense trou situé derrière le palais de justice, soit l'ancienne carrière Lagacé, qui sert aujourd'hui de dépôt à neige et pourrait devenir le prolongement du centre-ville de Laval.

La Ville annoncera d'ici deux semaines la création d'un bureau voué au développement du centre-ville, dont le premier mandat sera de lancer des projets pour ce site de plus de 1 million de pieds carrés et son pourtour, confirme le nouveau directeur général de Laval, Jacques Ulysse, en entrevue avec La Presse. Selon lui, un tel terrain est un joyau pour réaliser un projet d'envergure, d'autant que la Ville en est propriétaire. Il n'est donc plus question que Laval accepte que s'accumule « un tas de neige sale pendant six, sept mois par année » à cet endroit. « Ce n'est pas une signature qu'on veut avoir pour le centre-ville », affirme le plus haut fonctionnaire de Laval.

En 1981, l'administration du maire Lucien Paiement voulait en faire un centre récréotouristique appelé « carré Laval ». Le nom est resté, mais le projet est mort-né, provoquant la défaite électorale de son principal défenseur. Puis il y a eu des idées pour combler ce trou de quelque 60 mètres de profondeur afin d'y construire un nouveau quartier.

En 2006, le déménagement de l'hippodrome de Montréal Blue Bonnets, combiné à la construction d'un salon de jeux de Loto-Québec, avec hôtel de luxe et commerces haut de gamme, a été envisagé. La piste de course avait été dessinée au fond du trou, en partie sur pilotis au-dessus du lac artificiel qui s'y trouve.

Par la suite, l'ex-maire Gilles Vaillancourt a voulu en faire le fleuron du futur centre-ville de Laval. Il a été question d'y accueillir la Place Bell, qui a finalement été construite à l'est de l'autoroute 15. Ce changement avait notamment été justifié par la contamination du terrain héritée des déversements de sols provenant de l'excavation lors du prolongement du métro. Par la suite, le site est devenu un dépôt à neige.

Un horizon de 20 ans

La proposition du directeur général sourit à l'équipe politique du maire Demers. Le vice-président du comité exécutif, Stéphane Boyer, estime que le « carré Laval » offre de nombreuses possibilités. « À moyen terme, ce que l'on va faire, c'est un appel de projets auprès des [promoteurs]. On va fixer les critères afin de choisir ce qui sera le plus porteur pour l'avenir de Laval », affirme-t-il.

Pour y parvenir, le Bureau de projet du centre-ville prendra le relais du comité mis en place il y a quelques années, qui discutait de façon informelle du centre-ville. Ce comité rassemblait différents représentants de la communauté lavalloise, dont le cégep Montmorency, la Chambre de commerce, le milieu culturel et de grands promoteurs. Ces partenaires pourraient être appelés à jouer un rôle au sein de la nouvelle structure municipale ; le modèle de gouvernance reste toutefois à définir, explique M. Ulysse, qui insiste pour dire que « c'est embryonnaire ».

Le but de cette « unité d'action », comme il l'appelle, semble toutefois clair : planifier le développement du centre-ville pour les 20 prochaines années et assurer, avec « flexibilité » et de façon « transversale », la coordination des différents « acteurs ».

Le Bureau relèvera directement de la direction générale.

La création de ce bureau s'inscrit dans une réorganisation de l'ensemble des services municipaux de Laval. Sans tambour ni trompette, M. Ulysse a rebattu les cartes à son arrivée en poste en novembre dernier. Tout a été approuvé par le comité exécutif le 27 février, puis l'ensemble des élus en a pris connaissance.

Brasser les cartes

Jacques Ulysse, ancien haut fonctionnaire à la Ville de Montréal, était directeur général adjoint à Laval depuis 2016. Il a donc été à même de constater les écueils de la refonte entamée en 2014 avec le soutien d'une équipe de l'École nationale d'administration publique (ENAP). Si ce redressement était nécessaire, en raison de la tourmente politico-criminelle autour de Gilles Vaillancourt, il y a maintenant moyen de « faire mieux », croit-il. « Les citoyens devraient être au centre de chacune de nos décisions », ajoute M. Ulysse.

L'organigramme comptera toujours quatre directions générales adjointes (DGA), mais les responsabilités ont été redistribuées. Les travaux publics, l'ingénierie et le service de la gestion de l'eau seront regroupés sous la DGA Infrastructures, permettant plus de cohérence, espère M. Ulysse. Ce dernier cite l'exemple de la gestion d'une rue : la réfection de la chaussée relève de l'ingénierie, l'éclairage est entre les mains des travaux publics et les conduites souterraines relèvent du service de l'eau ; maintenant, une seule DGA assurera la coordination.

« C'est une structure qui s'occupe des infrastructures. »

Pour ce qui est du développement économique, il ne relèvera plus d'une DGA autonome, mais d'un service sous l'égide du Développement et aménagement du territoire. L'urbanisme et le développement économique côtoieront désormais l'environnement et le Bureau des grands projets. Cela devrait simplifier plusieurs choses, dont la délivrance des permis et le déploiement d'un projet. Il était devenu compliqué de traverser les méandres de la Ville, indique M. Ulysse.

« C'est important comme changement, mais on va y gagner. Chaque fois que les fonctionnaires du développement économique arrivaient avec ce qu'ils appelaient leurs clients, ils se heurtaient à la réglementation d'urbanisme et à celle en environnement. Je n'ai jamais vu un dossier où c'était fluide, parce qu'ils ne parlaient pas le même langage. [...] C'était le conflit presque immanquablement. »

La DGA Services de proximité perd les travaux publics, mais se concentrera sur la culture, les loisirs, les sports et le développement social. À la DGA Services administratifs et corporatifs, on ajoute la géomatique.

La réorganisation administrative se mettra en place progressivement d'ici au 31 décembre prochain. Elle devrait se réaliser à coût « à peu près nul », avance prudemment Jacques Ulysse.

Sans opposition

Les deux partis de l'opposition à l'hôtel de ville de Laval accueillent favorablement la réorganisation municipale proposée. « Les objectifs sont louables, et surtout le nouveau directeur général Jacques Ulysse démontre une véritable volonté de collaborer et d'informer tous les élus », souligne le chef de l'opposition officielle, Michel Trottier (Parti Laval). De son côté, le nouveau porte-parole d'Action Laval, le conseiller municipal Michel Poissant, salue le « virage-client », un choix valable pour plus d'efficacité. « Les meilleures entreprises mesurent leurs performances et corrigent plutôt que de faire de beaux PowerPoint. Une ville comme Laval doit faire la même chose. »

Mesurer la performance

Accorder un permis de rénovation à un citoyen, est-ce un geste qui devrait s'effectuer en 3, 10 ou 30 jours ? Dans un objectif d'amélioration, la direction générale a demandé à tous les services d'établir une « norme de service » qui permettra par la suite de mesurer la performance de chacun. Depuis trois ans, Laval accueille « 12 nouveaux citoyens à chaque jour » alors que son assiette fiscale ne suit pas ce rythme-là, souligne le directeur général Jacques Ulysse. « Il faut donc que l'appareil municipal soit plus performant avec l'assiette fiscale actuelle. Sa seule façon d'y arriver, c'est d'être meilleure dans ce qu'elle fait. »

Ajuster les services

Laval met en place un Bureau de la performance organisationnelle afin de corriger le tir lorsque des lacunes ou des problèmes seront détectés dans les services. Une équipe d'une douzaine de spécialistes aidera à apporter les ajustements nécessaires. Par exemple, cela pourrait vouloir dire d'accélérer le paiement des factures aux différents fournisseurs de la Ville en fonction de la norme préétablie. « Notre volonté est de mieux comprendre ce qui se passe dans les services pour corriger le tir. Sans indicateurs de performance, on est aveugles et nos actions sont approximatives », résume le vice-président du comité exécutif, Stéphane Boyer.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer