D’ici vendredi prochain, une quarantaine de bicyclettes électriques BIXI prendront d’assaut les rues lavalloises.

Mayssa Ferah
Mayssa Ferah La Presse

Les vélos pourront être empruntés ou ramenés dans quatre stations, alimentées par l’énergie solaire. Les points d’ancrage se situeront à l’hôtel de ville de Laval, le terminus Montmorency, le terminus Cartier et le parc Saint-Claude.

Les vélos pourront être remis à n’importe quelle borne des stations BIXI de Laval, de Montréal ou de Longueuil. La Société de transport de Laval (STL) en a fait l’acquisition grâce à un financement gouvernemental fédéral et provincial. Cette initiative de la STL et de la ville de Laval vise à offrir une solution de rechange à l’automobile pour les citoyens.

« Assurer une mobilité efficace, active et durable s’inscrit d’ailleurs dans les grandes orientations de notre vision stratégique, qui vise à faire de Laval une ville urbaine de nature », affirme dans un communiqué Vasilios Karidogiannis, conseiller municipal de L’Abord-à-Plouffe et responsable de la mobilité active.

C’est par le biais de l’application BIXI ou directement au point d’ancrage que les gens de Laval bénéficieront de ce service. La règle du port du casque obligatoire reste en vigueur pour quiconque utilise un vélo à assistance électrique.

Offre bonifiée

L’offre sera rehaussée dès le printemps 2020, avec l’ajout d’une vingtaine de vélos standards et de deux stations supplémentaires. Sur une période de dix ans, l’offre s’étendrait à 350 vélos, dont 125 à assistance électrique, répartis sur 35 stations faciles d’accès.  

« À l’ère de l’optimisation du réseau BIXI, le lien entre Laval et notre mode de transport actif est plus que naturel. Nous sommes fiers de cette collaboration, car promouvoir de saines habitudes de vie fait partie de notre quotidien », affirme Christian Vermette, directeur général de BIXI Montréal.