Tout s’est passé comme sur des roulettes, dans la joie, la bonne humeur, et sous un soleil plombant, entre l’asphalte frais et le ciel bleu. L’inauguration du nouveau pont Samuel-De Champlain a rassemblé hier politiciens, représentants du consortium responsable du projet et personnel de la construction, quatre jours après l’ouverture partielle des voies.

Raphaël Pirro Raphaël Pirro
La Presse

alain roberge alain roberge
La Presse

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

L’architecte du nouveau pont, Poul Ove Jensen, s’est déplacé de son Danemark natal afin d’assister à l’inauguration.
L’homme, qui a contribué au design de plus de 200 ponts dans le monde, est ravi du résultat. « Ce pont est censé
rester en place pour les 125 prochaines années. Lorsqu’on a ça en tête, on ne vise pas ses 15 minutes de gloire. On ne voulait pas ériger un pont qui attire l’attention aujourd’hui, mais qui deviendrait une farce dans le futur. »

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Où en serait le projet du nouveau pont sans les anciens acteurs clés que sont Denis Lebel et Denis Coderre ? L’ex-ministre fédéral
des Transports et l’ex-maire de Montréal sont hors de l’arène politique, mais cela ne les a pas empêchés de participer aux célébrations et de recevoir les salutations de François-Philippe Champagne et de François Bonnardel (ministre québécois des Transports).
 « On peut-tu finir par être content de quelque chose ? », a demandé d’un ton jovial M. Coderre.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Une délégation des Petits Chanteurs du Mont-Royal a entonné l’Ô Canada dans les deux langues officielles. « À ces âges-là, on ne peut pas réaliser l’envergure de l’événement, a dit Philippe Ostiguy, chef du chœur. C’est probablement la seule fois
qu’ils participeront à l’inauguration d’un pont. Surtout s’ils sont faits pour durer 125 ans ! » Milan Dumont Kordahi, membre des Petits Chanteurs, a tenu ces propos sur Champlain : « J’ai déjà entendu son nom à l’école, mais j’ai oublié c’était qui ! »

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Le ministre François-Philippe Champagne a ouvert le bal en faisant des offrandes de tabac et de perles wampum,
gages d’amitié et de diplomatie sacrée, à l’aîné Charles Patton du Conseil mohawk de Kahnawake. S’en est suivi un discours en mohawk par l’aîné et un autre en anglais par une représentante de la nation autochtone qui a participé au processus consultatif du nouveau pont, Christine Zachary Deom.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a remercié tous les partenaires qui ont contribué au projet du nouveau pont,
« majestueux et élégant », et a semblé très heureuse de ce lien avec Brossard. « Je trouve que c’est super qu’on soit deux mairesses, chacune de notre côté de la rive », a dit Mme Plante, en parlant de sa collègue Doreen Assaad, mairesse de Brossard, qui venait de conclure son discours. « On a un pont, Doreen ! »

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

« C’est le chantier d’une vie ! », a dit Sylvain Faubert, surintendant de chantier pour le tronçon sud. Jean-Guy Lefebvre,
contremaître des menuisiers, s’est fait l’écho de son collègue. « Il y a beaucoup de fierté à avoir construit
quelque chose de semblable. » Ils garderont des souvenirs inoubliables de ce projet. « Des sacrifices ont été faits, mais le résultat va toujours rester avec nous, a dit M. Lefebvre. C’est un chef-d’œuvre ! »

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Le ministre Champagne a salué à plusieurs reprises le rôle des travailleurs de chantier, rangés à l’arrière de la scène.
Très chaleureux à leur égard, il les a appelés les « vrais héros » du nouveau pont. Un chantier d’une telle envergure
a nécessité les efforts de plus de 2000 personnes au cours de quatre années de travail acharné. Un travail qui s’est
poursuivi tant sous le soleil écrasant de l’été montréalais que dans le froid glacial de l’hiver québécois.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Un buste en bronze de Samuel de Champlain a été dévoilé par le ministre Champagne et le sénateur Serge Joyal, féru d’histoire.
 Le buste a été coulé sur un moule en plâtre datant des années 30 par Alfred Laliberté, artiste canadien mort en 1953.
 Il sera installé de façon permanente sur le pont, mais à une date encore indéterminée.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Lundi matin, le 1er juillet, les deux voies du nouveau pont Samuel-De Champlain seront finalement ouvertes.
 Au même moment, à quelques centaines de mètres, l’ancien pont sera fermé au public pour de bon.
 Les travaux de déconstruction commenceront en 2020 et devraient durer trois ans.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Les collectionneurs et amateurs d’histoire pourront obtenir des morceaux de l’ancien pont, à l’initiative du ministre Champagne.