Outremont s’apprête à faire payer le stationnement partout dans ses rues, ce qui lui rapportera 400 000 $ de plus, qui seront investis dans des mesures de « transition écologique ».

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

Par contre, en ajoutant 400 places et en permettant aux détenteurs de vignettes de se garer n’importe où sur le territoire de l’arrondissement, ce plan ne contient aucune mesure pour inciter les résidents d’Outremont à délaisser leur voiture, alors que c’est généralement le but recherché par Projet Montréal, le parti de la mairesse Valérie Plante.

«C’est un plan par étapes. On va voir par la suite les mesures qu’on peut prendre pour décourager les gens de prendre leur voiture, pour les inciter à prendre les transports actifs et les transports en commun. C’est vrai que ce plan n’a pas l’air de mener à cet objectif, mais c’est un work in progress», a admis le maire de l’arrondissement d’Outremont, Philippe Tomlinson, en annonçant les nouvelles mesures jeudi matin.

PHOTO DAVID BOILY LA PRESSE, LA PRESSE

Le maire de l’arrondissement d’Outremont, Philippe Tomlinson.

L’arrondissement ne touchera pas aux parcomètres, mais toutes les autres places de stationnement sur rue seront réservées aux détenteurs de vignettes, sauf pour les deux premières heures, qui seront gratuites. Actuellement, 40% des espaces sont réservés aux voitures avec vignettes.

Les résidents pourront acheter des vignettes annuelles (100 $ à 140 $), tandis que les visiteurs pourront se procurer des permis mensuels (100 $) ou quotidiens (10 $).

On élimine aussi le stationnement en alternance (d’un côté de la rue les trois premiers jours de la semaine, de l’autre côté les trois jours suivants). Dans certaines rues, le stationnement sera permis des deux côtés toute la semaine, ce qui permet d’ajouter 400 espaces.

Ces changements seront implantés graduellement entre août et octobre prochains.

Des citoyens se plaignent que des automobilistes de l’extérieur viennent se stationner dans les rues d’Outremont, dans des espaces gratuits, pour ensuite prendre les transports en commun pour se rendre au travail, indique Philippe Tomlinson. Ils pourront continuer de le faire en achetant une vignette.

Les sommes ainsi recueillies iront au verdissement, à l’aménagement de pistes cyclables et à d'autres mesures pour favoriser le transport actif, explique M. Tomlinson. Outremont mènera aussi une étude pour analyser les émissions de gaz à effet de serre dans l’arrondissement.