La Ville de Montréal adopte un plan de mesures transitoires pour réduire la circulation sur le mont Royal comme le recommandait le rapport de l’Office de consultation publique de Montréal déposé au début du mois.

Kathleen Lévesque Kathleen Lévesque
La Presse

Les réaménagements prévus ont été présentés au comité exécutif ce matin. Il est notamment question de bollards au centre de la route Camillien-Houde qui mène au sommet de la montagne, de voies automobiles rétrécies au strict minimum, de l’élimination du nombre de voies et de l’installation de dos d’ânes.

« On s’est engagé à agir rapidement. C’est ce que nous faisons », a rappelé la mairesse Valérie Plante devant ses collègues lors de la portion publique de la réunion hebdomadaire.

Mme Plante a souligné qu’il ne fallait pas « lésiner » sur les moyens pour sécuriser l’accès au mont Royal et « faire de Camillien-Houde un vrai chemin de parc ». « Ce n’est pas une autoroute », a-t-elle affirmé en soulignant qu’il ne sera plus possible de faire de virages en U sur Camillien-Houde.

Six mois après son arrivée au pouvoir, en 2017, l’administration Plante avait adopté un projet pilote interdisant toute circulation de transit automobile sur le mont Royal. La décision avait suscité de nombreuses critiques. Une consultation publique avait suivi. Le rapport de cet exercice a démontré que le choix de l’administration n’avait pas amélioré la cohabitation entre automobilistes, cyclistes et marcheurs. Et surtout, il y avait un « manque d’acceptabilité sociale du projet pilote s’écoulant d’une grande polarisation du débat ».

Les mesures seront mises en place dès la mi-juin.