L’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro, à Montréal, continuait de lutter contre les inondations, samedi.

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

Des employés de la Ville étaient à pied d’œuvre pour surveiller l’état des digues et repousser l’eau.

Plusieurs voies étaient inondées. Le boulevard de Pierrefonds, importante artère commerciale, était fermé à partir de la rue Richmond jusqu’à la rue Jacques-Bizard. Des rues transversales étaient cependant ouvertes aux voitures.

Ahuntsic-Cartierville: les résidants surveillent le niveau de l'eau

À Ahuntsic-Cartierville, Denis Lemieux et Giuseppe Andreoni surveillaient samedi matin le niveau de l’eau de l’autre côté de la digue érigée par les voisins de l’avenue du Ruisseau.

« Tous les résidants du coin sont venus aider », a expliqué en souriant M. Lemieux, qui a coordonné le travail.

IMAGE GOOGLE MAPS

Celui qui est surnommé « MacGyver » par ses voisins a l’expérience des inondations : il en a vécu plusieurs dans les années 70 à l’île Perrot, notamment. « J’en suis à ma 7e ou 8e inondation, je sais à quoi j’ai affaire », a-t-il dit.

Pour lui, il était important d’ériger la digue le plus près possible de la rivière et non tout autour des maisons, pour protéger un maximum de résidences d’un coup. Le plan a bien fonctionné : toutes les demeures de l’avenue étaient au sec samedi matin. Mais les prévisions de la Ville sur la montée de l’eau voulaient dire ajouter des sacs de sable encore dans la journée.

M. Lemieux souligne d’ailleurs avoir eu une excellente collaboration de la Ville de Montréal pour obtenir tous les matériaux nécessaires rapidement.

L’état d’urgence décrété par la Ville vendredi était « nécessaire », a dit de son côté une résidante de la rue voisine, venue observer la montée de l’eau. « On ne sait pas où ça va s’arrêter », a souligné Line Roy.

Giuseppe Andreoni, qui a emménagé dans l’avenue après les inondations de 2017, ne regrettait pas sa décision d’acheter une maison en bordure de l’eau ; il y a trouvé une petite communauté. « On est tous proches, tout le monde s’entraide », a-t-il souligné. Pendant les travaux pour monter la digue, les repas partages dans le garage d’un voisin ont renforcé l’esprit de solidarité.