Des gestionnaires municipaux qui avaient interdit à des employés de brancher leurs voitures électriques aux bornes de recharge dans un stationnement de l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce ont récemment été rappelés à l'ordre par la mairesse d'arrondissement, Sue Montgomery, qui a souligné son appui aux « moyens de transport qui sont bons pour la planète ».

Mis à jour le 7 oct. 2018
Isabelle Ducas LA PRESSE

Éric Bouchard, un col bleu de l'arrondissement, a acheté une auto électrique cet été, en comptant sur les bornes de recharge sur son lieu de travail pour la brancher pendant la journée.

Un collègue, aussi propriétaire d'une voiture électrique, avait convaincu les gestionnaires d'installer quatre bornes de recharge pour les employés, à l'été 2017. L'arrondissement possède aussi des véhicules électriques, qui ont des bornes dédiées dans un autre secteur du stationnement.

Mais à son retour de vacances, Éric Bouchard s'est fait refuser l'accès aux bornes de recharge. Son collègue, qui les utilisait depuis plusieurs mois, a aussi été informé qu'il ne pourrait plus s'en servir.

« On n'a pas eu de raison précise pour cette interdiction. On nous a dit que c'était une décision de la ville-centre, de la nouvelle administration. Mais ça n'a pas de sens, parce qu'ils sont pour les véhicules électriques. »

- Éric Bouchard, col bleu de l'arrondissement  Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce

Il croit que d'autres employés se sont peut-être plaints d'un « traitement de faveur » qui leur était accordé, parce que les bornes sont installées sur le bâtiment abritant le garage et les bureaux. Les conducteurs de véhicules électriques se garent donc tout près de la porte, alors que le stationnement pour les autres employés est situé 100 m plus loin.

Depuis quelques semaines, les nouvelles bornes étaient donc inutilisées. Elles commençaient même à être envahies par les toiles d'araignées. Des véhicules de l'arrondissement étaient parfois stationnés devant, sans être branchés, a pu constater La Presse.

Il a été impossible de savoir combien l'arrondissement avait dépensé pour ces quatre bornes. Ce modèle de borne se détaille 4400 $ sur un site d'achat, en plus des frais d'installation. Le programme gouvernemental Branché au travail peut donner droit à une aide financière de 50 % des frais d'acquisition et d'installation, pour un maximum de 5000 $. Mais l'espace de stationnement doit alors être réservé aux véhicules électriques, et la recharge doit être offerte gratuitement aux employés.

RAPPEL À L'ORDRE DE LA MAIRESSE

Informée de cette aberration, Sue Montgomery, de Projet Montréal, n'a pas encore réussi à savoir pourquoi les employés ne pouvaient plus utiliser les bornes de recharge.

« Mais j'ai demandé aux gestionnaires de trouver un moyen pour que les employés puissent se servir des bornes. C'est un no-brainer. Il faut encourager les véhicules électriques. Tout comme je veux qu'il y ait des supports à vélos à toutes nos installations pour encourager les employés à venir travailler à vélo. »

- Sue Montgomery, mairesse de l'arrondissement  Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce

La mairesse souligne d'ailleurs qu'elle a renoncé à sa place de stationnement réservée, aux bureaux de l'arrondissement, pour que l'on puisse y installer un support pour 14 vélos. « Je n'ai pas de voiture, je vais travailler à vélo, et les supports à vélos sont tellement populaires qu'il manque parfois de place pour me stationner quand j'arrive ! », dit-elle.

Éric Bouchard, qui habite à 75 km de son lieu de travail, espère que l'intervention de la mairesse lui permettra d'avoir accès à une borne de recharge. « Ma voiture a assez d'autonomie pour faire l'aller-retour, mais quand il fait froid, la batterie baisse plus vite, note-t-il. Quand il va faire - 20 °C, cet hiver, je devrai emprunter la voiture à essence de ma mère, si je ne peux pas me brancher au travail. »