Moins de matière envoyée à l'enfouissement, plus de récupération. Mais malgré de légers progrès en 2017, la Ville de Montréal, qui élimine toujours 55 % de ses matières résiduelles, est encore loin de ses objectifs en recyclage. Portrait de la situation.

Pierre-André Normandin LA PRESSE

BAISSE DE L'ENFOUISSEMENT

La métropole a rendu public hier le bilan 2017 de ses matières résiduelles. Les résultats permettent de constater que la quantité de matière finissant au dépotoir continue à diminuer. L'an dernier, ce sont ainsi 516 000 tonnes de matières qui ont été éliminées. Cela représente 100 000 tonnes de moins qu'en 2012. Montréal estime toutefois qu'il peut faire mieux : il évalue que 105 000 tonnes de matières recyclables ont été éliminées alors qu'elles auraient pu avoir une deuxième vie. « Il reste un défi à relever et on va réitérer nos engagements de réduire de moitié l'enfouissement de nos vidanges. Il faudra réduire à la source notre consommation, mais aussi mieux trier », dit l'élu Jean-François Parenteau, responsable des services aux citoyens.

Matières éliminées (en tonnes)

• 2012: 612 887

• 2013: 604 946

• 2014: 583 380

• 2015: 569 263

• 2016: 526 686

• 2017: 516 166

Source : Ville de Montréal

OBJECTIFS NON ATTEINTS

Si la récupération augmente, Montréal n'atteint toujours pas les objectifs fixés par le gouvernement. Ainsi, seulement 60,5 % des matières recyclables comme le papier et le plastique ont eu droit à une deuxième vie en 2017. Le taux de récupération stagne ainsi depuis cinq ans, alors que l'objectif était d'atteindre les 70 % dès 2015. « La consommation de papier a diminué, mais celle d'autres matières a augmenté, entre autres le plastique, note Jean-François Parenteau. On doit diminuer tout ce qui est consommation unique, ce qui crée énormément de déchets. »

HAUSSE DANS L'ORGANIQUE

La collecte du compost progresse rapidement, bien que Montréal soit encore loin des objectifs fixés par le gouvernement. La métropole a ainsi récolté près de 85 000 tonnes de matières organiques en 2017, soit 19 % de plus que l'année précédente. Voilà, bien que la quantité ait plus que doublé depuis cinq ans, elle ne représente que 23 % de la matière organique générée. Québec demande que les villes atteignent la cible de 60 %. Pour y arriver, Montréal devra mettre les bouchées doubles dans l'implantation du service de collecte, constate Jean-François Parenteau. « On s'aperçoit que tout le monde a hâte d'avoir son bac de compost, mais par la suite, il y a un ressac. On doit faire du porte-à-porte et valider pourquoi les gens délaissent le service. »

Collecte des matières organiques (en tonnes)

• 2012: 38 785

• 2013: 47 589

• 2014: 50 768

• 2015: 61 638

• 2016: 71 125

• 2017: 84 810     

LASALLE EN TÊTE, ANJOU À LA QUEUE

Les données du bilan indiquent que LaSalle affiche la meilleure performance dans la récupération. À l'inverse, Anjou arrive en queue de peloton. Les deux tiers de ses matières prennent le chemin de l'enfouissement et n'ont ainsi pas droit à une deuxième vie.

Taux de récupération

• LaSalle 54,4 %

• Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles 51,6 %

• Rosemont-La Petite-Patrie 50,1 %

• L'Île-Bizard-Sainte-Geneviève 45,9 %

• Saint-Laurent 45,6 %

• Outremont 45,1 %

• Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension 44,4 %

• Verdun 43,9 %

• Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce 43,2 %

• Ahuntsic-Cartierville 42,9 %

• Pierrefonds-Roxboro 41,7 %

• Lachine 39,4 %

• Mercier-Hochelaga-Maisonneuve 38,0 %

• Le Sud-Ouest 37,3 %

• Plateau-Mont-Royal 37,0 %

• Ville-Marie 35,5 %

• Saint-Léonard 35,1 %

• Montréal-Nord 34,7 %

• Anjou 32,5 %

LES VILLES LIÉES FONT MIEUX

Le bilan 2017 permet également de constater que les 14 villes liées à la métropole affichent de meilleurs résultats que les 19 arrondissements de Montréal. Leur taux de récupération s'élève en moyenne à 53,4 %, contre 43,1 % sur le territoire de la Ville. Pointe-Claire arrive ainsi en tête de liste alors que tout près des deux tiers des matières sont récupérées. Montréal-Est fait toutefois piètre figure : son taux de récupération est inférieur à 28 %.

Taux de récupération

• Pointe-Claire 65,0 %

• Senneville 62,8 %

• Baie-d'Urfé 62,6 %

• Beaconsfield 62,2 %

• Kirkland 59,5 %

• Dorval 56,7 %

• Mont-Royal 55,3 %

• Westmount 52,3 %

• Montréal-Ouest 49,8 %

• Sainte-Anne-de-Bellevue 48,6 %

• Dollard-des-Ormeaux 46,2 %

• Hampstead 44,7 %

• Côte-Saint-Luc 43,2 %

• Montréal-Est 27,8 %