Source ID:55732935-c01c-40f8-8e90-b112ed36f2b9; App Source:alfamedia

La multiplication des consultations publiques coûte cher à Montréal

À cinq mois de la fin de l'année,... (Photo Bernard Brault, Archives La Presse)

Agrandir

À cinq mois de la fin de l'année, l'organisation évalue qu'elle aura bientôt épuisé ses crédits, alors qu'il lui reste encore trois consultations publiques à terminer, dont celle sur la circulation au sommet du mont Royal.

Photo Bernard Brault, Archives La Presse

Interdiction du transit sur le mont Royal, discrimination raciale, dalle-parc Turcot, avenir du parc Jean-Drapeau : la multiplication des consultations publiques coûte cher à la Ville de Montréal en 2018. L'administration Plante devra allonger 650 000 $ de plus que prévu à l'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) afin de mener à terme ses nombreux mandats.

Le bureau responsable d'écouter les préoccupations des citoyens a récemment prévenu la métropole que son budget annuel de 2 millions serait insuffisant. À cinq mois de la fin de l'année, l'organisation évalue qu'elle aura bientôt épuisé ses crédits, alors qu'il lui reste encore trois consultations publiques à terminer, dont celle sur la circulation au sommet du mont Royal. De plus, Montréal lui a demandé d'entreprendre cinq autres mandats, notamment sur la discrimination raciale.

C'est loin d'être la première fois que Montréal doit allonger des fonds pour permettre à l'OCPM de poursuivre ses activités. Depuis sa création en 2002, l'organisation a dû demander à Montréal d'augmenter son budget à six reprises. La demande de 650 000 $ formulée cette année est toutefois la plus importante en 16 ans d'existence.

Il faut dire que depuis sa création, le budget de 2 millions de l'Office n'a pas changé. Dans un document envoyé aux élus, l'OCPM indique que ces « sommes sont souvent insuffisantes pour remplir tous les mandats qui [lui] sont confiés ».

L'organisation souligne de plus que ses mandats ont beaucoup évolué depuis 2002. Si on lui demandait principalement au départ d'étudier des projets immobiliers ou de recueillir l'opinion des citoyens sur des projets précis, ses mandats sont de plus en plus complexes. « Nous nous voyons confier de plus en plus de projets en amont de programmes d'aménagement sans paramètre défini ou des projets qui se déploient dans des contextes très litigieux », écrit l'OCPM.

Sur six nouveaux mandats reçus en 2018, l'Office estime que cinq sont justement « complexes ».

UN AUTRE FACTEUR

Le virage en ligne des consultations a aussi fait augmenter la participation, ce qui contribue également hausser la facture.

À défaut d'augmenter son budget sur une base récurrente, l'OCPM prévient qu'elle devra continuer à formuler des demandes pour obtenir des crédits supplémentaires. « Nous avons alerté régulièrement ces dernières années les élus [...] qu'en l'absence d'un investissement substantiel récurrent, les demandes ponctuelles de crédits additionnels se répéteront au cours des prochaines années », prévient l'organisation.

Pour 2018, l'OCPM affirme avoir besoin de 150 000 $ pour terminer l'étude du projet-pilote sur le mont Royal. Terminer la consultation sur l'avenir du parc Jean-Drapeau devrait coûter 180 000 $, et il faudra 95 000 $ pour analyser un projet à la maison-mère des Soeurs de Sainte-Anne. Voilà, Montréal a déjà commandé trois autres consultations, et deux autres s'ajouteront bientôt. Un groupe de citoyens a fait circuler une pétition et a obtenu suffisamment de signatures pour forcer la Ville de Montréal à mener une consultation publique sur la discrimination raciale. L'administration Plante a aussi demandé à entendre les citoyens sur le projet de piétonnisation de l'avenue McGill College.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer