Des milliers de Français vivant à Montréal ont célébré la victoire de la France face à la Croatie à la Coupe du monde de soccer.

Pierre-André Normandin LA PRESSE

Un important rassemblement s'est formé à l'angle des rues St-Denis et Rachel, au coeur du Plateau-Mont-Royal. Les supporters français entonnaient La Marseillaise à répétition, en faisant voler le drapeau Bleu blanc rouge.

Après avoir remporté le titre en 1998, plusieurs se réjouissaient d'ajouter une deuxième étoile au maillot bleu. « C'était il y a 20 ans. C'était historique pour nous, alors on est super contentes de revivre cela ici. On se sent moins éloignées de la France », ont réagi Juliette et Sarah, deux Françaises vivant à Montréal.

De nombreux supporters de l'équipe française étaient rassemblés dans les bars du Plateau-Mont-Royal, où vit une importante partie de la communauté à Montréal. Les policiers ont fait sentir leur présence dans me secteur alors que les partisans sortaient dans la rue pour célébrer la victoire.Des agents à vélo se trouvaient près du bar L'Barouf pour accompagner les supporters célébrant la victoire. La rue Saint-Denis a été bloquée à la circulation, entre Roy et Mont-Royal.

Au parc Jean-Drapeau

Plus de 10 000 personnes se sont rendues au parc Jean-Drapeau, où la partie était projetée sur écran géant. La majorité d'entre eux se rangeaient derrière la France, comme en témoignaient les cris aux buts français et le calme relatif aux marques de la Croatie.

Explosion de joie partout en France

- Par AFP

«Ouaaiiiis !!», «Et la voilà la deuxième étoile»: une explosion de joie et de cris a retenti partout dimanche dans une France survoltée, après la victoire des Bleus (4-2) en finale de Coupe du monde face à la Croatie.

Les Champs Elysées à Paris étaient noirs de monde pour fêter jusqu'au bout de la nuit ce deuxième sacre des Bleus. En 1998, ils étaient plus d'un million à célébrer sur la «plus belle avenue du monde».

De la «fan zone» de la tour Eiffel jusqu'aux centres de Lille, Lyon ou Marseille en passant par le stade de Bordeaux et les places des villages, des millions de supporters français ont laissé éclater leur bonheur, et la liesse s'est emparée de tout un pays, en ébullition depuis le matin.

«On a  gagné, on a gagné !» scande la foule dans la fan zone parisienne. «C'est merveilleux, merveilleux», s'exclame émue Martine, 58 ans venue avec sa fille, avec 90 000 supporters, dans une ambiance survoltée. Clapping général. Drapeaux tricolores  au vent, fumigènes. On s'embrasse.

À Paris, où les rues ont aussitôt été envahies, les cloches de Notre-Dame ont sonné pour la victoire.

Au Carillon, un bar visé par une attaque djihadiste en novembre 2015, les pintes de bière ont volé en l'air, et des clients se sont lancés dans la foule, portés de main en main.

«Être champions du monde ici, c'est symbolique», trois ans après les attentats, expliquait Benoît Bardet, jeune consultant en informatique «pas spécialement fan de foot». «Venir ici avec mes potes, c'était une façon de se souvenir et de montrer que Paris ne meurt pas».

À Bondy, en région parisienne, le quatrième but, marqué par l'enfant du coin Kylian Mbappé, a été suivi d'une explosion de joie. «Kylian, il a tiré, Kylian, il a marqué, Kylian ballon d'or, Bondy champion, la Coupe du monde c'est pour la France!», scandaient les jeunes, finissant sur l'air de I will survive, l'hymne des Bleus en 1998.

À Zagreb, pétards et applaudissements malgré tout

 La foule réunie dans le centre de Zagreb a malgré tout fêté par des chants, des fumigènes et des applaudissements les joueurs croates, battus par la France en finale du Mondial-2018.

«Pour nous, la 2e place c'est superbe, les Français étaient meilleurs, félicitations. Rendez-vous dans 20 ans», commentait Goran dans une rue proche de la place Jelacic, au centre de la capitale croate, où s'étaient réunis des milliers de supporteurs vêtus du maillot à damier rouge et blanc. Une allusion à la demi-finale du Mondial-98 également remportée par les Français.

«La Croatie peut être fière. Nous devons applaudir nos garçons», a lâché le commentateur de la télévision nationale HRT juste avant le coup de sifflet final. «Une grande nation du football s'est montrée plus maline, pratiquant un jeu pragmatique à défaut d'être tellement dominateur», a poursuivi Drago Cosic. «La France reste un casse-tête pour la Croatie», a-t-il ajouté.

«Le conte de fées des Flamboyants s'achève! La Croatie, deuxième nation du monde? Mbappé et Pogba, aidés par l'arbitre et l'assistance vidéo, ont laissé la Croatie à l'entrée du paradis», analyse le quotidien Jutarnji List.

Sur la place Jelacic et dans les rues alentour, la fierté prédominait. «Je félicite les Français, ils étaient meilleurs», dit Luka, la vingtaine. «Nous sommes un petit pays, la deuxième place, c'est super pour nous», commentait encore Ina.