Du vent, les souffleurs à feuilles. Beaconsfield interdit l'utilisation de ces appareils en été, estimant que ceux-ci sont trop polluants.

Pierre-André Normandin LA PRESSE

La ville de l'ouest de l'île de Montréal vient d'adopter un nouveau règlement afin de limiter l'utilisation des souffleurs à feuilles du 1er octobre au 31 mai. Ceux-ci deviennent du même coup interdits durant toute la période estivale.

Le maire Georges Bourelle explique que ces appareils étaient de plus en plus utilisés en été, notamment par les entrepreneurs en entretien paysagers. «C'est de plus en plus utilisé par des entrepreneurs qui tondent des pelouses, afin de maintenir les terrains beaux et propres», explique l'élu.

Or plusieurs de ces souffleurs fonctionnent à essence et leur moteur est très polluant. De plus, ceux-ci soulèvent des particules fines qui nuisent à la qualité de l'air. «C'est un peu semblable à un poêle à bois, que de plus en plus de villes interdisent à cause des particules qui ont des répercussions sur la santé des gens», poursuit M. Bourelle.

Beaconsfield a donc décidé de restreindre leur utilisation, estimant que les citoyens peuvent utiliser d'autres moyens en été pour entretenir leur terrain. «Pourquoi le faire quand on peut utiliser d'autres moyens? Les balais et les râteaux existent toujours. Pour nous, c'est un peu frivole de vouloir utiliser cela en été, quand on prend en considération la pollution», estime M. Bourelle.