Six personnes sont mortes à Montréal depuis le début de la canicule, selon un bilan publié mardi. Une situation qualifiée de « tragique » par le premier ministre, et face à laquelle le réseau de la santé est maintenant en « état d'alerte ».

Pierre-André Normandin et Martin Croteau LA PRESSE

La Santé publique de Montréal a publié mardi un premier bilan de l'épisode de grande chaleur qui frappe le Québec depuis samedi.

Les six décès ne sont pas considérés comme un cas de surmortalité majeure. Les autorités municipales ont néanmoins déclenché des mesures d'urgence et le premier ministre Philippe Couillard a réagi en fin d'après-midi.

« C'est tragique », a déclaré M. Couillard.

« Mais chaque fois qu'il y a des canicules comme ça, [...] les personnes affaiblies, vulnérables, sont les plus précocement touchées. » - Philippe Couillard

Il a prévenu que les personnes âgées et celles qui souffrent de maladies chroniques étaient plus vulnérables à la déshydratation en période de grandes chaleurs. Il a également dit s'attendre à ce que des cas semblables se multiplient dans les prochaines années sous l'effet des changements climatiques.

LES LEÇONS DE 2010

Les autorités disent avoir tiré d'importantes leçons de la dernière importante vague de chaleur qui a touché la région montréalaise en juillet 2010. À l'époque, la canicule avait entraîné une centaine de morts.

« On a fait nos classes depuis 2010, a indiqué la Dre Mylène Drouin, directrice de la Santé publique de Montréal. Les groupes à risque et les populations vulnérables ont été identifiés. »

La mairesse Valérie Plante a notamment annoncé que 150 pompiers et policiers iraient à la rencontre des gens jugés vulnérables. Cette opération de porte-à-porte visera à distribuer des conseils de prévention pour bien traverser cette période de chaleur accablante.

Montréal prévoit réaliser 20 000 inspections au cours des prochains jours. Lors d'une de ces visites lundi, une personne présentait d'ailleurs des signes de détresse respiratoire et a été conduite à l'hôpital. L'opération se concentre dans les quartiers connus pour leurs îlots de chaleur, ainsi que les secteurs défavorisés et à forte concentration de personnes âgées. Les grandes tours sans climatisation seront aussi visitées.

De plus, craignant que de nombreuses personnes ayant d'importants problèmes de santé ne souffrent de la chaleur extrême, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSS) Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal a ouvert 19 haltes climatisées. Chacune peut accueillir 20 personnes.

« Ces haltes ne sont pas destinées au grand public, mais aux gens très vulnérables ayant d'importants problèmes de santé », a spécifié Sonia Bélanger, PDG du CIUSS Centre-Sud.

« ÉTAT D'ALERTE »

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a assuré que ses services étaient prêts à faire face à la vague de chaleur.

« Quand arrive une période de canicule comme ça, nous sommes en état d'alerte sur une base préventive pour répondre rapidement aux besoins des citoyens », a-t-il déclaré.

Il a cependant précisé que la situation actuelle n'était pas hors norme.

« On n'a pas un plus grand nombre que d'habitude dans ce genre de circonstances », a déclaré le ministre.

« À chaque année, on a des gens qui vont, malheureusement, sur la base de leur condition physique, décéder de cette situation. » - Gaétan Barrette

L'épisode de canicule a débuté samedi et devrait durer jusqu'à vendredi. La température ressentie a atteint des pointes de 45 dans la région montréalaise.

« On dit aux gens : attention en période de canicule, a dit la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois. Hydratez-vous. Ne faites pas d'exercice physique intense. Il y a plein de choses, mais c'est sûr qu'on est plus vulnérables dans ces périodes, alors soyons attentifs aux signes vitaux. »