Source ID:e8527ff8-36bc-4e3c-9df5-fa701b0df293; App Source:alfamedia

Trains de Deux-Montagnes et Mascouche: l'accès au centre-ville bloqué dès 2020

Selon les informations obtenues par La Presse, le tunnel... (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

Agrandir

Selon les informations obtenues par La Presse, le tunnel sous le mont Royal, qui relie le nord de la métropole à la Gare centrale, sera fermé à la circulation des trains de banlieue à partir du début de 2020 jusqu'à la fin de 2021.

Photo Olivier Pontbriand, La Presse

Bruno Bisson
La Presse

Les usagers des trains de banlieue de Deux-Montagnes et de Mascouche devront prendre leur mal en patience : dès 2020, ils n'auront plus d'accès direct au centre-ville en raison des travaux d'implantation du Réseau électrique métropolitain.

Les usagers du train de banlieue de Deux-Montagnes n'auront plus d'accès direct au centre-ville de Montréal dès le début de 2020 en raison des travaux d'implantation du futur Réseau express métropolitain (REM) de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Selon les informations obtenues par La Presse, le tunnel sous le mont Royal, qui relie le nord de la métropole à la Gare centrale, sera fermé à la circulation des trains de banlieue à partir du début de 2020 jusqu'à la fin de 2021. Le train de banlieue de Mascouche sera lui aussi directement affecté par les travaux d'implantation du REM.

Les scénarios à l'étude prévoient ainsi que les usagers de la ligne de Deux-Montagnes seront forcés de descendre du train à la station Du Ruisseau, située sur le boulevard Henri-Bourassa, dans l'arrondissement de Saint-Laurent. Une navette par autobus sera mise à leur disposition pour les transporter jusqu'à la station Sauvé sur la ligne orange du métro, située à cinq kilomètres de la gare Du Ruisseau.

Ce scénario pourrait avoir une incidence directe sur le temps de déplacement des quelque 7500 usagers de l'heure de pointe du matin du train de banlieue de Deux-Montagnes, puisque la station choisie pour leur rabattement est située sur le tronçon le plus saturé de la ligne orange du métro.

Quant aux usagers du train de banlieue de Mascouche, qui n'auront plus de service vers le centre-ville, leur station terminale deviendra la gare Ahuntsic.

Il est probable qu'une grande partie de ces 2000 usagers, en pointe du matin, décident, dans les circonstances, de descendre à la gare Sauvé, pour emprunter eux aussi la ligne orange vers le centre-ville.

Il n'est pas possible, présentement, de déterminer combien de temps va durer cette situation transitoire pour les usagers du train de Mascouche, puisqu'on ne sait pas encore quand la gare de correspondance A40, où ce train de banlieue rejoindra le REM, sera mise en service.

Les conséquences de l'ajout de près de 10 000 usagers quotidiens de ces deux lignes de train sur le tronçon le plus saturé du métro restent, elles aussi, à documenter.

UN PREMIER TRONÇON FIN 2021

La fermeture du tunnel sous le mont Royal aux lignes Deux-Montagnes et Mascouche se poursuivra durant presque deux ans, du début de 2020 à la fin de 2021. C'est le REM qui prendra ensuite la relève du train de Deux-Montagnes entre la gare Du Ruisseau et la Gare centrale, au centre-ville de Montréal.

En effet, a appris La Presse, la Caisse de dépôt et placement prévoit que le premier tronçon du REM sera alors en service, fin 2021, à partir de la Rive-Sud de Montréal jusqu'à la station Du Ruisseau.

Après quoi, l'implantation du REM dans le corridor de Deux-Montagnes, jusque dans la banlieue nord, entraînera la fermeture définitive de la ligne de train de banlieue au début de 2022. La construction du dernier tronçon de l'antenne nord du REM, jusque dans la ville de Deux-Montagnes, devra vraisemblablement se poursuivre jusqu'en 2024. Le scénario de remplacement des services de transport en commun pour les usagers actuels qui circulent sur le tronçon Deux-Montagnes/Du Ruisseau n'est pas encore connu.

DÈS LE 27 AVRIL

On savait déjà que les services de train de banlieue sur les lignes de Deux-Montagnes et Mascouche seront perturbés à compter du 27 avril prochain en raison des travaux liés au REM. Les services seront interrompus à partir de 20 h le vendredi soir jusqu'au lundi matin. Les quatre derniers trains du vendredi en direction de Montréal et les cinq derniers départs entre le centre-ville et Deux-Montagnes, échelonnés entre 20 h et minuit, seront donc annulés.

Il n'y aura plus aucun service offert sur la ligne Deux-Montagnes durant les fins de semaine. Deux départs dans chaque direction sur la ligne de Mascouche seront aussi annulés les vendredis soir en raison des travaux liés au REM.

Il y aura toutefois d'autres perturbations des services sur la ligne Deux-Montagnes avant que le trajet soit interrompu à la gare Du Ruisseau au début de 2020. Ces perturbations pourraient se faire sentir dès l'été prochain.

Afin de libérer le plus d'espace possible pour le consortium qui implantera le REM, les services actuels sur la ligne Deux-Montagnes devront en effet être assurés, à compter de l'été prochain, sur une seule voie ferrée. En raison des allers-retours des rames de trains et de l'absence d'une voie d'attente, l'exploitation sécuritaire de la ligne Deux-Montagnes pourrait forcer le Réseau de transport métropolitain (RTM), responsable des trains de banlieue, à modifier les horaires ou même à supprimer des départs, et ce, dès l'automne prochain.

Selon les informations obtenues par La Presse, les fermetures de week-end de Deux-Montagnes devraient se poursuivre jusqu'au début de 2020. La suspension des services de week-end sur la ligne Deux-Montagnes, à partir du 27 avril, deviendrait ainsi définitive.

50 000 DÉPLACEMENTS RETARDÉS

Les travaux d'aménagement du REM sur la Rive-Sud et le nouveau pont Champlain, nécessaires à la mise en service du premier tronçon du REM, auront aussi des répercussions sur les services d'autobus entre Brossard et le centre-ville, dans l'axe du pont Champlain, dès l'an prochain.

Ces services d'autobus en voie réservée transportent présentement environ 25 000 personnes d'une rive à l'autre du fleuve Saint-Laurent, et ce, à chaque période de pointe. Avec l'intensification des chantiers du REM et la démolition du tunnel Chevrier qui permet aux autobus d'accéder à la voie réservée du pont Champlain, sur l'autoroute 10, à partir du printemps de 2019, les services seront perturbés.

On prévoit que les temps de déplacement des usagers seront allongés et qu'il y aura des changements forcés dans la fréquence des départs de bus entre la Rive-Sud et Montréal en pointe du matin.

Les services d'autobus devraient désormais être assurés à partir de la gare Panama, qui deviendra le terminus temporaire, en lieu et place du stationnement Chevrier actuel.

Ces changements devraient occasionner une détérioration du service sur ce corridor de bus durant au moins deux ans, soit du début de 2019 jusqu'à la mise en service du premier tronçon du REM, en 2021.

La voie réservée « temporaire » du pont Champlain actuel, mise en place à la fin des années 70, devrait ainsi devenir inopérante après 40 ans de service ininterrompu.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • REM: il était une fois dans l'Ouest

    Grand Montréal

    REM: il était une fois dans l'Ouest

    Au moment de toutes les élections, la route approche... À l'heure des changements climatiques, mieux vaut faire avancer les wagons, les transports... »

La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer