Exclusif

Montréal veut simplifier ses panneaux de stationnement

En juin 2016, Montréal avait adopté une politique... (Photo Olivier PontBriand, La Presse)

Agrandir

En juin 2016, Montréal avait adopté une politique du stationnement soulignant que « la difficulté à interpréter ce qui est affiché constitue un problème ». Mais rien n'a été fait depuis.

Photo Olivier PontBriand, La Presse

À la veille du début de la « saison des contraventions », l'administration Plante dit vouloir simplifier ses panneaux de stationnement. Un projet pilote verra le jour dans deux arrondissements afin de tester une nouvelle signalisation conçue pour en faciliter la compréhension.

Interdiction de tout arrêt de 8 h à 9 h 30, du lundi au vendredi. Interdiction de stationner de 9 h 30 à 10 h 30 les lundis, mercredis et jeudis du 1er mars au 1er décembre. À gauche, se garer est interdit en tout temps de 9 h à 23 h, mais à droite, cela l'est seulement de 16 h à 23 h. Sauf si la voiture est dotée d'une vignette, auquel cas deux des quatre règles précédentes ne s'appliquent pas.

Si ce cas véridique vous donne la migraine (salutations aux résidants du secteur 37), sachez que vous n'êtes pas seuls. La Ville de Montréal le reconnaît, ses règles de stationnement sont compliquées.

« C'est le cumul des restrictions qui est compliqué. Il y a plusieurs informations complémentaires qui ne sont pas rassemblées sur les panonceaux, et ça devient alors un travail d'interprétation. »

- Éric Alan Caldwell, élu responsable des transports au sein de l'administration Plante

En juin 2016, Montréal avait adopté une politique du stationnement soulignant que « la difficulté à interpréter ce qui est affiché constitue un problème ». On avait notamment relevé le trop grand nombre de panneaux de signalisation sur le territoire, certains poteaux pouvant en arborer six.

La Ville s'était alors engagée à « la réduction substantielle du nombre de panneaux et l'amélioration de leur lisibilité ». Le document promettait même que les affiches seraient refaites d'ici la fin de 2017. Mais deux ans plus tard, « rien n'a été fait », constate Éric Alan Caldwell.

PROJET PILOTE SUR L'AFFICHAGE

L'administration Plante a donc décidé de relancer le dossier cet été. La Ville met actuellement la touche finale à un projet pilote qui devrait débuter d'ici quelques semaines afin de réviser les panneaux de stationnement balisant les lieux et les moments où les automobilistes peuvent se garer.

L'expérience se déroulera en deux étapes. Pendant quatre mois, Montréal compilera les différentes règles de stationnement en vigueur sur son territoire afin de concevoir des panneaux simplifiés. Ceux-ci seront ensuite installés dans deux arrondissements pour évaluer leur efficacité, soit Saint-Laurent et Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. Ces deux secteurs ont été choisis en raison de leurs quartiers diversifiés, certaines portions étant très denses, d'autres beaucoup moins. L'exercice s'annonce délicat.

« Chaque restriction a un but. Aucune n'est gratuite. C'est le cumul qui est compliqué. Alors, pour avoir quelque chose de simple, ce n'est pas si simple. »

- Éric Alan Caldwell

L'élu dit vouloir éviter d'aller trop vite, estimant qu'un déploiement trop rapide pourrait avoir un effet « catastrophique ». D'où l'idée de procéder par un projet pilote limité à deux des 19 arrondissements. « Ce n'est qu'à l'usage qu'on peut voir si ça fonctionne. La pire chose qui pourrait arriver, et qu'on veut éviter, ce serait de mettre en place un modèle qui n'est pas plus simple que le précédent. »

SAISON DES CONTRAVENTIONS

L'annonce de ce projet pilote survient alors que le 1er avril marque chaque année le début de la saison des contraventions. C'est en effet à cette date que les restrictions de stationnement pour permettre de procéder au nettoyage hebdomadaire des rues entrent en vigueur.

De manière générale, ces restrictions pour l'entretien imposent une interdiction de stationnement d'une heure par semaine de chaque côté de la rue. Les automobilistes doivent ainsi s'assurer d'alterner de côté de rue pour se garer. Ces interdictions viennent s'ajouter aux nombreuses autres règles en place à longueur d'année, compliquant souvent la lecture des panneaux.

Signe que l'exercice est complexe pour nombre d'automobilistes, le nombre de constats délivrés par les agents de stationnement double pratiquement du jour au lendemain en avril... pour retomber de moitié en décembre, à la levée de ces restrictions.

Constats liés au stationnement émis en 2017

Janvier : 63 176

Février : 66 367

Mars : 58 315

Avril : 106 061

Mai : 123 837

Juin : 109 867

Juillet : 103 935

Août : 112 171

Septembre : 104 196

Octobre : 109 701

Novembre : 97 373

Décembre : 48 571

Source : SPVM




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer