Le maire sortant de Montréal, Denis Coderre, a indiqué aujourd'hui qu'il veut travailler de concert avec des partenaires et le gouvernement du Québec pour agrandir le Palais des congrès s'il est réélu le 5 novembre prochain.

Mis à jour le 27 oct. 2017
Jeiel Onel Mézil LA PRESSE

« Tant que l'agrandissement du Palais des congrès ne sera pas concrétisé, c'est plus de 250 évènements d'envergure que Montréal ne pourra pas accueillir, faute d'espace adéquat », a dit M. Coderre.

Il a indiqué qu'il en a parlé au ministre des Affaires municipales du Québec Martin Coiteux et qu'il compte en discuter bientôt avec la ministre du Tourisme Julie Boulet. « On est prêt à s'asseoir avec le gouvernement du Québec. Ça va faire nous faire un grand paisir de trouver un dénouement », a-t-il dit.

Denis Coderre a aussi fait le bilan de son premier mandat en matière de relations internationales. Il a vanté les impacts des missions économiques internationales effectuées par son administration principalement à Shanghai et en Israël. « Celles-ci nous ont permis d'attirer des investissements, des sièges sociaux, des congrès et des activités culturelles et sportives, a dit M. Coderre. Le plus bel exemple est lors de notre mission à Shanghai, on a amorcé le début d'une négociation pour un vol direct. Deux mois plus tard, les autorités s'étaient rencontrées. 14 mois plus tard, Air Canada avait déjà un corridor pour Montréal-Shanghai ».

M. Coderre a aussi promis que son administration réalisera deux missions commerciales internationales par année s'il est réélu.

Pari de la diplomatie urbaine

Denis Coderre a également indiqué qu'il veut miser encore plus sur la diplomatie urbaine si les Montréalais lui accordent un deuxième mandat. « Le rôle des villes a grandement évolué ces dernières années. [...] Elles deviennent des actrices incontournables pour la résolution d'enjeux mondiaux comme la lutte aux changements climatiques ou l'accueil des réfugiés », a-t-il dit.

Il a souligné les implications et les efforts de Montréal dans la signature des accords de Paris et a déclaré vouloir affirmer le leadership de Montréal en « multipliant les ententes bilatérales avec les grandes villes du monde ».