Des cours d'éducation sexuelle, ça presse, dit Denis Coderre

Denis Coderre... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Denis Coderre

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

«Montréal est une ville féministe», a lancé Denis Coderre en saluant le courage des victimes qui dénoncent les inconduites sexuelles et agressions commises par des hommes en position de pouvoir.

Il s'est du même coup adressé à son «ami» Sébastien Proulx, ministre de l'Éducation, pour que rapidement soient mis en place des cours d'éducation sexuelle, pour changer la culture dès le jeune âge.

«Il ne faut pas juste attendre que ça arrive. Il faut changer les comportements (...) on doit tous être responsables pour l'avenir», a-t-il dit. 

«Aujourd'hui, on dit aux victimes qu'on est avec elles. On doit les protéger. Et il faut trouver des façons pour que ça n'arrive plus», a ajouté le maire sortant, réagissant encore aux scandales sexuels ayant mis au jour les agissements d'Éric Salvail et plus récemment de Gilbert Rozon.

Il a de plus affirmé que Gilbert Rozon perdrait son statut de solliciteur de fonds du parti Équipe Denis Coderre. Son adversaire Valérie Plante lui a demandé de le faire hier, mais M. Coderre a dit que politiser cette affaire est de fort mauvais goût.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer