On les appelle les « semelles » - les fondations qui serviront de base à tout le futur pont Champlain. Ancrer ces monstres de 900 tonnes sous le fond du fleuve, en plein courant, est une opération délicate dont le premier succès vient d'être célébré. Manipulée par des machines géantes, guidée par GPS, la deuxième semelle est déjà en cours d'installation. Résumé d'une opération qui allie force brute et précision extrême.

Mis à jour le 25 juill. 2016
Philippe Mercure LA PRESSE

CONSTRUCTION

Les semelles qui soutiendront le pont Champlain ne s'achètent pas chez Rona et ne se transportent pas par camion. Ces blocs de béton de 11 m sur 11 m sur 2 m sont coulés directement sur place, sur la jetée ouest de l'Île-des-Soeurs. Les jetées, au nombre de trois, sont des plateformes de travail temporaires qui ont été construites en jetant des centaines de milliers de tonnes de roc dans le fleuve.

Au-dessus de la semelle, on coule aussi le bas de la pile (appelée amorce), sur laquelle on dépose une plateforme de travail qui servira à ériger le reste. Le tout forme un ensemble de 14 m de hauteur et de 900 tonnes qui sera ensuite manipulé comme un tout.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Les semelles qui soutiendront le point Champlain sont constituées de blocs de béton de 11 m sur 11 m sur 2 m coulés directement sur place.

EXCAVATION

Exactement 38 semelles seront installées sous l'eau (en plus de 36 sur la terre ferme). Aux endroits où doit être déposée une semelle sous-marine, une pelle mécanique installée sur une barge plonge son bras dans l'eau jusqu'à une profondeur de 4 à 5 m, puis creuse le fond jusqu'à atteindre le roc (généralement encore de 4 à 5 m sous le fond du fleuve).

« Le défi est que le conducteur de pelle mécanique travaille à l'aveugle », explique l'ingénieur Alexandre Clouthier, responsable de la construction de l'approche ouest. Un capteur GPS fixé sur le godet de la pelle guide le conducteur, qui voit son travail comme dans un jeu vidéo : d'un côté, la forme du trou telle qu'elle doit être faite. De l'autre, ce dont elle a l'air en temps réel.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE

Une pelle mécanique creuse le fond là où doit être déposée une semelle sous-marine.

TRANSPORT

« Thor la fourmi », un supertransporteur conçu pour manipuler les pièces lourdes, apporte ensuite la semelle au bout de la jetée ouest. Cette machine, arrivée directement de Chine, a été baptisée par des jeunes de Verdun au terme d'un concours.

C'est alors que l'opération délicate commence. « Il y a une bonne courbe d'apprentissage, souligne l'ingénieur Alexandre Clouthier. Maintenant que la première semelle a été installée, il reste à peaufiner nos techniques pour aller plus vite pour les 37 qui restent. »

PHOTO FOURNIE PAR INFRASTRUCTURE CANADA

Un supertransporteur apporte la semelle.

MISE À FLOT

Après Thor la fourmi, c'est au tour d'une autre machine géante d'intervenir : l'installateur flottant de fondations, ou IFF. Ce bateau bleu très particulier, qui fait 65 m de longueur, 47 m de largeur et 35 m de hauteur, a été conçu en Belgique spécialement pour le projet du pont Champlain.

La semelle est attachée avec des câbles d'acier sur l'IFF, qui démarre ses huit puissants moteurs pour vaincre l'important courant du Saint-Laurent et se positionner au-dessus du trou qui recevra la semelle.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

L'installateur flottant de fondations.

ANCRAGE

Se positionner au-dessus du trou est une chose, y demeurer plusieurs heures parfaitement immobile en est une autre. « C'est surprenant de voir à quel point le courant du Saint-Laurent est fort, et ça pose évidemment des défis », indique Alexandre Clouthier, qui parle de courants de quatre à cinq noeuds.

Pour ne pas dériver, l'installateur flottant de fondations possède 6 ancres de 15 tonnes chacune. « Elles sont grosses comme des camions », illustre M. Clouthier.

Guidé par un système GPS, l'IFF ajuste alors sa position en réglant la tension des différents câbles qui le retiennent. « On atteint une précision de l'ordre du centimètre », dit l'ingénieur.

PHOTO FOURNIE PAR INFRASTRUCTURE CANADA

L'installateur flottant possède six ancres de 15 tonnes chacune.

DESCENTE

La pièce formée de la semelle, de l'amorce de la pile et de la plateforme de travail est ensuite lentement descendue dans l'eau grâce à un système de vérins hydrauliques.

L'opération est délicate et dure plusieurs heures.

D'autres capteurs GPS fixés sur la semelle assurent un guidage encore plus fin que celui obtenu avec l'IFF.

PHOTO FOURNIE PAR INFRASTRUCTURE CANADA

La semelle est descendue dans l'eau.

SOLIDIFICATION

Une fois la semelle installée au fond du fleuve, des travaux de bétonnage sont entamés pour solidifier l'installation. Il a fallu environ quatre jours pour installer la première semelle, une durée que l'ingénieur Alexandre Clouthier aimerait ramener à trois jours. « J'ai l'impression qu'après en avoir installé cinq ou six, nous allons être bien rodés », dit-il.

PHOTO FOURNIE PAR INFRASTRUCTURE CANADA

Il a fallu environ quatre jours pour installer la première semelle.